Mobile header

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Noé Cloutier – Artur Beterbiev, l’un des hommes les plus craints de tout le sport.

À 38 ans, Artur Beterbiev ne ralentit pas. C’est la même machine que lorsqu’il est débarqué pour la première fois au Québec, une décennie plus tôt. Les années ont passé, mais dans un contexte où il effectuera sa 8e défense de titre, le 13 janvier prochain, au Centre Vidéotron, sa source de motivation première est d’autant plus surprenante.

« Devenir un bon boxeur », répond simplement le champion unifié.

Vous savez, la barrière linguistique est tombée il y a bien longtemps pour le roi Artur. Seulement, en français, anglais ou russe, c’est un homme de peu de mots. S’il offre cette brève réponse en souriant, c’est que son sens de l’humour n’est pas pour autant amoindri. Pourtant, son entraîneur Marc Ramsay, qui a passé les 10 dernières années à décrypter l’énigmatique personnage, y voit quatre mots qui en disent long.

« Il fait des jokes avec ça, mais il est sérieux dans le sens que, pour lui, c’est une quête perpétuelle. Chaque décision qu’il prend, ce qu’il met dans son corps, ses heures de sommeil, est orientée vers sa boxe. C’est un peu comme un moine Shaolin qui va dédier sa vie à perfectionner quelque chose sachant très bien qu’on n’atteindra jamais la perfection, mais qui chaque jour essaie de s’en approcher le plus possible », décrit l’entraîneur de l’athlète à la fiche plus que parfaite de 19-0, 19 K.-O.

« Un bon défi »

Le 13 janvier, le moine montréalais venu des montagnes du Daghestan tentera de s’approcher un peu plus de la perfection face à Callum « Mundo » Smith (29-1, 21 K.-O.). L’ancien roi des super-moyens est « un bon défi » comme l’indique Beterbiev. Pour Marc Ramsay, amplificateur des réponses courtes de son poulain, c’est même l’un des meilleurs tests rencontrés dans les dernières années.

« C’est un très bon boxeur, un gars qui cogne dur. Souvent, on voit des gars avec certaines forces et certaines grosses lacunes. Lui, il est quand même assez bon dans tous les départements, en plus d’être game, c’est-à-dire qui ne va pas être impressionné d’affronter Artur, parce qu’il a déjà été dans des combats d’envergure », indique l’homme de coin, citant que la seule défaite de Smith était des mains de Saul « Canelo » Alvarez dans l’un des combats les plus en vue de 2020.

La reconquête

Artur Beterbiev est peut-être silencieux, mais pas insensible. Après s’être battu en Angleterre en 2023 et aux États-Unis en 2022, il débutera l’année 2024 avec son grand retour au pays et ça, même pour quelqu’un à la concentration quasi robotique, ça représente un monde de différence.

« C’est sûr, ici, c’est comme ma deuxième maison », lance-t-il, autant enthousiasmé qu’il peut l’être, alors qu’avec sa sanglante victoire face à Marcus Browne en 2021, il en sera seulement à sa 2e sortie québécoise en près de sept ans.

Il était dû comme on dit. Sa dernière visite dans la Capitale-Nationale était en 2015 dans un combat de support présenté au vétuste Colisée Pepsi. Près de neuf ans plus tard, le revoilà avec trois ceintures, dans un aréna tout neuf où près de 10 000 personnes viendront pour lui. Et puis, la ville de Québec aussi était due. C’est une reconquête de marché d’y amener l’événement, mais si Beterbiev pouvait l’emporter, ce serait symboliquement celle d’une nation. On le sait, il y a près de trois siècles, les Britanniques avaient eu le dernier mot dans la ville des plaines d’Abraham…

Un jour peut-être

Comme l’explique Marc Ramsay, la mentalité est d’y aller « un combat à la fois », alors inutile de voir trop loin, surtout avec un boxeur qui aura 39 ans avant la fin du mois de janvier. Tout de même, il est légitime de questionner jusqu’où le triple champion poussera sa quête. En fait, c’est plutôt de se demander : qu’est-ce qu’un bon boxeur selon lui?

« C’est comment je me sens, peut-être que quand j’aurais quatre ceintures, je le serais, mais là, je ne sens pas que je suis un bon boxeur », achève-t-il, sans même vouloir parler de Dmitry Bivol, car sa marque de commerce, vous vous en douter, c’est parler sur le ring, avec ses poings. Le 13 janvier, c’est donc d’abord avec Callum Smith qu’il discutera afin de conserver ses titres, et surtout, poursuivre sa quête éternelle.

vous pourriez aimer :

Makhmudov : le Lion revient dans la Jungle

Classement livre-pour-livre des meilleurs boxeurs sans couronne

Qui est le prochain pour Osleys Iglesias?

Butler-Volny : l’enjeu est énorme

April Hunter : qui chasse qui le 6 juin?

Osleys Iglesias : «Je n’ai peur de rien ni personne»

Butler-Volny : 15 experts se prononcent

Mbilli-Derevyanchenko : la carte de rêve de Matt Casavant

Jhon Orobio : le sprinteur marathonien

Steven Butler : «Il ne le voudra jamais plus que moi»

Sergiy Derevyanchenko : le Technicien arrive à Québec

Mbilli-Heffron : les 10 constats de la Conquête

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN