Mobile header

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Fort de son expérience acquise en Russie, avec plus de 300 combats amateurs et plus d’une dizaine chez les professionnels, Shamil Khataev se dit prêt à affronter l’élite des poids moyens dès son arrivée au Canada.

Vous connaissez Imam Khataev, le puissant cogneur mi-lourd ayant signé avec EOTTM à l’automne dernier, et bien préparez-vous, car un deuxième Khataev arrive en ville. Cette fois chez les poids moyens, son jeune frère Shamil se joint officiellement aux tigres, le 12 février.

« C’est mon frère qui m’a convaincu. Je voulais que ma carrière soit mieux gérée et j’avais été vraiment impressionné de comment [EOTTM] lui a trouvé des combats et même un titre en si peu de temps », raconte l’athlète de 27 ans à la fiche immaculée de 12-0, 3 K.-O.

De deux ans le cadet d’Imam (6-0, 6 K.-O.), Shamil a néanmoins déjà deux fois plus de combats professionnels que son grand frère. Sa feuille de route n’a pas non plus été acquise contre n’importe qui, sachant qu’il est déjà le 19e meilleur poids moyen au monde selon BoxRec.

Chacun sa force

C’est que pendant qu’Imam remportait le bronze aux Jeux olympiques de Tokyo (2021), Shamil était déjà dans les rangs payant depuis deux ans.

« Personne n’est plus fort que mon frère! Je crois que le tout puissant lui a donné la force et moi, l’endurance. C’est pour ça que j’ai décidé de passer pro’ rapidement, car je savais que les combats plus longs seraient à mon avantage », témoigne le champion de Russie, junior et sénior, chez les amateurs.

Marquer l’histoire

Un peu comme Artur Beterbiev, initialement, les frères Khataev étaient des lutteurs. Passionné du noble art, leur père fait toutefois découvrir son sport à ses inséparables fils et le coup de foudre est instantané.

Pour Shamil, c’est à 11 ans que le tout débuta, mettant la table à des aspirations sans limites. « Depuis ce jour, c’est tout ce qu’on a en tête. Le nom Khataev a déjà commencé à résonner dans le monde de la boxe, mais moi et mon frère souhaitons vraiment le graver dans l’histoire. »

La barre est haute, mais il y a plus.

Promesse ultime

Avec le même rêve et maintenant la même équipe pour les aider y accéder, tout semble en place pour les frères Khataev viennent, minimalement, offrir des combats excitants au public québécois. Encore une fois, comme son grand frère l’a fait auparavant en quittant pour l’Australie, Shamil compte quitter sa Russie natale, dans les semaines à venir. Reste à voir quelle sera sa destination.

« Soit en Australie, soit au Canada », énonce-t-il, plus sûr du point suivant.

« Ensemble, moi et mon frère ne pourrons être battus. »

Une note d’Imam

Bien que la dernière phrase était parfaitement dramatique, ce texte n’aurait pas été complet sans qu’on y entende aussi la deuxième voix de la fratrie Khataev, Imam.

Contacté à cet effet, Imam a témoigné une confiance réciproque envers son frère. Il a d’abord parlé de ses habilités et exploits, déjà mentionnés plus haut, mais encore, et surtout, de sa résilience.

« Beaucoup de gens sous-estiment Shamil, mais moi, je n’ai aucun doute qu’il deviendra champion du monde, car je sais d’où il vient. Nous avons grandi, nous nous sommes entraînés et avons traversé toutes les épreuves ensemble », énonce-t-il sans laissé de doute.

« Je vous assure, je sais de quoi il est capable. »

vous pourriez aimer :

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN