Mobile header

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Queensberry Promotions – Mark Heffron, posant ici avec les titres de championnat britannique, du Commonwealth et de l’IBF Intercontinental des poids super moyens.

Après les États-Unis et l’Australie, la nouvelle recrue de Top Rank Christian Mbilli (26-0, 22 K.-O.) va tenter une conquête britannique face à Mark Heffron (30-3-1, 24 K.-O.), le 25 mai prochain, au Centre Gervais Auto de Shawinigan.  Si vous ne connaissez pas le boxeur anglais, ce texte est pour vous.

Top 50 des 168 livres sur BoxRec. L’athlète de 32 est surnommé ‘Kid Dynamite’ ou ‘L’enfant Dynamite’ si vous aimez la langue française autant que Laurent Poulin. On commence avec ça parce que ce surnom est assez représentatif de son style de boxeur…

Puissant cogneur en provenance d’Oldham, Angleterre, Mark Heffron boxe avec les mains lourdes et mise défensivement sur ses déplacements. Ami des juges, il aime les faire travailler le moins possible. On doit reculer de 8 combats, en septembre 2020, pour trouver une décision à sa fiche, un match nul contre l’aspirant au titre mondial Denzel Bentley.

Grande victoire

Il faut chercher moins loin pour trouver la plus grande victoire en carrière de Heffron. Sur un gala du légendaire promoteur Frank Warren, en juillet 2022, il a surpris, dominé et arrêté son confrère Lennox Clarke (20-2-1, 8 K.-O.), au 5e round. C’est d’ailleurs dans ce combat qu’il a remporté les trois ceintures que vous voyez sur la photo.

Les réjouissances n’ont pas durées. Il s’inclina en septembre dernier, arrêté au 3e round par l’aspirant mondial Jack Cullen (22-5-1, 10 K.-O.). Auparavant, ses deux seules autres défaites étaient des mains des aspirants mondiaux Denzel Bentley (dans un combat revanche) et Liam Williams.

Nouvel entraîneur

Depuis cette défaite, l’Anglais a rebondi en février dernier, arrêtant le limité, mais normalement plus durable, Serhii Ksendzov (4-22, 2 K.-O.), au 2e round.

On mentionne ce combat, car il s’agissait surtout de son premier avec l’homme de coin Lee Beard. Pour vous donner une idée, Beard a auparavant travaillé avec Ricky Hatton et plus récemment Jack Catterall. Heffron, lui, s’entraînait auparavant avec James Gallagher jusqu’au revers Cullen.

Une chose est sûre, la victoire et le changement de coin ont complètement revigoré la confiance de ‘Kid Dynamite’. Le 10 mars dernier, dans une entrevue avec Boxingscene, son gérant disait que son poulain était prêt à affronter quiconque, de 168 à 175 livres, en Europe comme en Amérique. Son souhait est maintenant exaucé.

Pour, contre et donc

Pour: on connaît Mbilli comme un train offensif parfois prêt à se faire atteindre une fois pour «tabasser» son adversaire deux fois. Heffron a des marteaux dans les gants. Attention, pour le temps que ça va durer, ça risque d’être dangereux de part et d’autre.

Contre: Heffron cogne sans aucun doute plus dur que Murdock, dernier adversaire de Mbilli. Ses trois défaites laissent toutefois croire qu’il n’a pas le menton aussi bon que l’Australien. Ce qui veut dire, bien moins bon que celui de «Solide».

Donc: contrairement à Murdock – qui n’a d’ailleurs pas réussi – impossible de s’attendre à une «leçon de boxe» de Heffron. On peut anticiper un combat de type kamikaze et quand on «danse aux enfers» avec Mbilli, l’histoire démontre qu’on a de bonnes chances de terminer deuxième…

Faits divers

Ami des animaux: dans le Daily Mail, on apprend que Heffron est un ardant défenseur des droits de l’Americain Bully, «une race de chiens de compagnie issue du croisement entre l’American Staffordshire Terrier et l’American Pit Bull Terrier»,  indique Wikipédia. Cette histoire ressort, car l’American Bully a été jugé dangereux et banni d’Angleterre en décembre dernier.

Un homme repenti: dans une histoire étrange, Mark Heffron a été arrêté, il y a près de dix ans. Le crime? pour avoir blessé son père, l’ex-boxeur professionnel Tommy Heffron (3-1, 1 K.-O.). L’arme du crime? Une épée de samouraï. Le fils s’en est sortie avec une amende et des travaux communautaires et les deux hommes ont depuis fait la paix. Aujourd’hui, ‘Kid Dynamite’ se bat strictement avec ses poings et pour l’honneur familial. On peut même voir les noms de sa fille, mais également de sa défunte mère, sur sa tenue de combat.

Voyage d’affaires: sans épées d’impliquées, Christian Mbilli sera favori, le 25 mai prochain. Reste que, sans rien enlever à la Cité de l’Énergie, le Britannique a assuré ne pas venir en «touriste». Sa promesse : livrer le combat de la soirée et retraverser l’Atlantique avec une victoire en banque.

vous pourriez aimer :

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN