Mobile header

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Noé Cloutier - Punching Grace

Jhon Orobio et Moreno Fendero seront tous deux en action au Casino de Montréal, le 25 janvier. De Colombie et France, ils se sont expatriés au Québec l’année dernière dans l’espoir d’y devenir champions boxeurs. Aujourd’hui frères du ring, ils partagent le même gym, le même rêve et, en attendant gloire et fortune, le même toit.

« On est en collocation depuis le mois d’octobre et pour être franc avec vous, on ne se comprend pas, mais tout se passe très bien », raconte la fierté de Besançon, France, Moreno Fendero. Ce dernier souligne que la communication se fait tout de même très bien, grâce à internet, lui permettant même de parfaire son espagnol.

« Il m’a appris deux mots la première fois que j’ai vu : ‘mucho dinero’ », donne-t-il en exemple, avec ce que Google traduit comme étant ‘beaucoup d’argent’.

Un grand frère

Pour aspirer à cette prospérité, partager les dépenses est un point de départ idéal. Dans le coin des deux athlètes, dans la vie comme sur le ring, Samuel Décarie-Drolet y voit cependant bien plus qu’une commodité budgétaire.

« C’est toujours plus facile pour s’intégrer à deux. Depuis que Moreno est arrivé, le mix est bon parce qu’il prend soin de Jhon comme si c’était son petit frère. Jhon est jeune, il a 20 ans et part de l’équipe nationale colombienne où il était habitué que tout soit géré pour lui. Moreno lui, il a un peu plus d’expérience de vie, il aide Jhon dans sa nutrition, ses commissions et tout ça », explique-t-il.

« Franchement, c’est un super garçon, je suis juste content qu’il soit avec moi et je lui souhaite d’être un grand champion », n’a qu’à dire le souriant ‘grand frère’ de 24 ans, profitant quant à lui des talents de barbier d’Orobio.

Succès à l’appui

En parlant de l’arrivée de ceux qu’on surnomme « The Soldier » et « El Tigre », celui qui œuvre avec Marc Ramsay depuis plus d’une décennie y voit un parallèle avec la venue passée de « Storm » Alvarez et « Kaboom » Rivas.

« Marc avait fait une offre à Eleider, mais après ça, il sait dit qu’Oscar aussi était intéressant et que si on les amenait ensemble, ça faciliterait leur intégration », se souvient-il.

À tout point de vue, la mission fut réussite, car Alvarez et Rivas devinrent non seulement champions du monde, mais apprirent le français au passage. Bien sûr, il se connaissait déjà et parlait la même langue, mais le fait qu’Orobio et Fendero traversent ensemble cette barrière supplémentaire en dit long sur leur volonté de s’intégrer. Et puis, ils ne sont pas les seuls à vouloir se bâtir une vie au Québec, car avant que le Français ne devienne Montrélais, Orobio était en collocation avec Mehmet Unal, lui qui a quitté après s’être fait une copine de Trois-Rivières…

« Parlons boxe »

Mais bon, assez parlé amitié et amour, nous laisserons le côté human de l’histoire restant à Réjean Tremblay. Maintenant, « parlons boxe » comme dirait Manny Montreal. Jhon Orobio (5-0, 5 K.-O.) remonte dans le ring pour la première fois en 2024 le 25 janvier. Devant lui, Juan Carlos Garcia (5-4), un coriace mexicain surnommé « Demoladeur » ou le « démolisseur » dans la langue de Molière. Au Canada uniquement, ce « Démolisseur » de 21 ans a fait la limite Spencer Wilcox et Eric Basran, il y aura donc un comparatif intéressant à faire.

Aussi, certains se demandaient pourquoi « El tigre » n’était pas des deux dernières cartes d’EOTTM. C’est qu’il était de retour en Colombie pour participer (et triompher) aux championnats nationaux amateurs. Le rêve olympique devra toutefois attendre, car sa catégorie n’est toujours pas des Jeux, et l’un de son bon ami s’est qualifié dans la catégorie en haut de lui. La boucle est donc bouclée et les œufs sont maintenant tous dans le panier professionnel montréalais.

Pendant ce temps, en novembre et janvier, à Montréal comme à Québec, Moreno Fendero (3-0, 2 K.-O.) veillait aux grains sur le ring des tigres. Son combat du 25 sera d’ailleurs son 2e en 12 jours, lui qui a vaincu Victor Hugo Flores dès le 1er round dans la Capitale-Nationale. De retour dans la Métropole, il fera face au vétéran Ricardo Lara (22-11-2, 10 K.-O.), un gars qui a affronté la moitié du Canada de 140 à 160 livres. Le temps de préparation pratiquement inexistant n’inquiète toutefois pas Fendero, de toute façon, quand on a pour mantra de s’entraîner « 25 heures par jour et 8 jours par semaine », on peut imaginer que le temps restant sert à se battre.

vous pourriez aimer :

Makhmudov : le Lion revient dans la Jungle

Classement livre-pour-livre des meilleurs boxeurs sans couronne

Qui est le prochain pour Osleys Iglesias?

Butler-Volny : l’enjeu est énorme

April Hunter : qui chasse qui le 6 juin?

Osleys Iglesias : «Je n’ai peur de rien ni personne»

Butler-Volny : 15 experts se prononcent

Mbilli-Derevyanchenko : la carte de rêve de Matt Casavant

Jhon Orobio : le sprinteur marathonien

Steven Butler : «Il ne le voudra jamais plus que moi»

Sergiy Derevyanchenko : le Technicien arrive à Québec

Mbilli-Heffron : les 10 constats de la Conquête

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN