Mobile header

L’International PG: Divorce nuageux entre Shakur Stevenson et Top Rank

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Mikey Williams/Top Rank – Sans pouvoir obtenir le K.-O. qu’il cherchait, Shakur Stevenson (22-0, 10 K.-O.) a aisément vaincu Artem Harutyunyan (12-2, 7 K.-O.) samedi dernier.

Tout le monde tentait de faire comme si de rien n’était, mais il y avait des nuages à l’horizon à Newark, New Jersey, lorsque la semaine du combat mettant en vedette Shakur Stevenson et Artem Harutyunyan a débuté, lundi dernier.

Le champion WBC des 135 lb, également ex-monarque des 130 et 126 lb, Shakur Stevenson se préparait a disputé ce qui a possiblement été le dernier combat du contrat le liant avec Top Rank, son promoteur de toujours.

Dans les semaines précédentes, la fierté de ‘Brick City’ avait refusé une prolongation de contrat de 5 combats lui offrant 15M$USD garantis. Il jugeait mériter plus, mais était également frustré de ne toujours pas avoir obtenu les combats dont il rêve tant, face aux Lomachenko, Davis et Haney de ce monde. Ce qu’il a dit publiquement

Bob Arum aussi, a fait une sortie publique. Le grand patron de Top Rank a lancé que personne n’offrirait plus à Shakur Stevenson. Avec une pincée d’arrogance, il a même indiqué que le médaillé d’argent des Jeux de Rio reviendrait à la maison… lorsqu’il s’en rendrait compte.

Parallèlement à ça, voyant le départ potentiel de Stevenson à l’horizon. Top Rank a joué de prudence en envoyant Artem Harutyunyan face à l’Américain. Selon Stevenson, Raymond Muratalla (20-0, 16 K.-O.) souhaitait pourtant l’affronter, mais pourquoi le promoteur aurait risqué une défaite de ‘Danger’ pour un boxeur sur son départ?

L’insulte à l’injure

Le soir venu, Stevenson a bel et bien dominé Artem. Toutefois, il fut incapable de mettre le point d’exclamation qu’il cherchait. En route vers une victoire par décision unanime dominante, mais sans grande saveur, on a même pu entendre quelques huées des gradins du Prudential Center, où Stevenson est pourtant l’attraction locale.

Et puis, avant même que le combat se termine, Top Rank/ESPN a décidé d’arrêter de faire semblant.

Des images montrant des partisans quitter avant la fin du combat ont été expressément montrées à la télévision. Si ce n’était pas déjà assez clair, après le combat, l’entrevue de Shakur Stevenson s’est terminée avec un «ce fut un plaisir de couvrir ta carrière!»

Reste à voir si Bob disait vraiment…

Une décision qui fait jaser

En demi-finale, le Brésilien Robson Conceiçao (19-2-1, 9 K.-O.) a fait un Sakio Bika de lui-même en devenant champion mondial à sa 4e chance au titre.

C’est toutefois la manière dont il a mis la main sur le titre WBC des super-plumes qui retient l’attention.

Proprement dit, O’Shaquie Foster (22-3, 12 K.-O.) semblait avoir effectué une «clinique de boxe» auprès de Conceiçao. Ce dernier était peut-être l’agresseur, mais il n’était pas du tout effectif. La fierté d’Orange, Texas, était donc en larme lorsque le résultat fut annoncé, croyant qu’il méritait non seulement de remporter le combat, mais également chacun des 12 rounds de celui-ci.

Même les commentateurs étaient stupéfaits. La carte maison de ESPN donnait 11 rounds sur 12 à Foster et celle des amateurs de boxe sur Boxrec lui donnait un blanchissage complet.

Bref, c’est assez scandaleux et si un combat revanche n’est pas ordonné dans les prochains jours, ce le sera encore plus.

Madueno résiste à Keyshawn

Dans un combat de boxe rempli d’accrochages et de coups douteux (dont un au visage de l’arbitre), Keyshawn Davis (11-0, 7 K.-O.) a complètement dominé Miguel Madueno (31-3, 28 K.-O.). Les trois juges ont remis des cartes identiques de 99-91 en faveur de l’américain, mais plusieurs furent surpris de voir le Mexicain résister.

Les commentateurs n’ont tout de même pas hésité à lancer des fleurs à Keyshawn qui, rappelons-le, a gagné par un pointage similaire que Steve Claggett en novembre dernier.

J’en avais parlé la semaine dernière, mais c’est maintenant plus logique que jamais. Keyshawn dit que personne ne veut l’affronter, mais tout le pays connaît un Dragon qui répondrait à l’appelle.

Mason sera à Québec

C’était déjà annoncé, mais la victoire aussi dominante qu’impressionnante du prodigieux Abdullah Mason (14-0, 12 K.-O.) face au vétéran portoricain Luis Lebron (20-6-1, 13 K.-O.) vient ainsi confirmer sa présence à Québec le 17 août. À Newark, Mason n’a mis que 3 rounds pour arrêter le meilleur test de sa jeune carrière, un boxeur qui n’avait jamais été arrêté en 26 combats.

Il est si bon qu’on ne s’arrête même pas à dire qu’il deviendra champion mondial, mais bien qu’il pourrait être champion livre pour livre.

L’histoire se poursuivra sous nos yeux, cet été, au Centre Vidéotron.

‘El Camaron’ est prêt

Pendant ce temps, sur la Côte-Ouest américaine, William Zepeda (31-0, 27 K.-O.) a fait honneur à sa réputation de rouleau compresseur ne mettant que trois round pour piétiner Giovanni Cabrera, un homme qui avait pourtant passé bien près de vaincre ‘Pitbull’ Cruz. 

La fierté de Golden Boy Promotions, est actuellement classée #1 des quatre fédérations à 135 lb. Quel champion va-t-il maintenant affronter? Gervonta Davis, Shakur Stevenson, Vasyl Lomachenko ou Denys Berinchyk? Chaque option est fascinante.

Grosse soirée à Anaheim

Dans un Honda Center plein à craquer, à Anaheim, Nate Diaz (1-1) a obtenu sa revanche sur Jorge Masvidal (1-1) dans un combat de boxe des plus divertissant entre deux anciennes gloires des arts martiaux mixtes.

En demi-finale, Shane Mosley Jr (22-4, 12 K.-O.) a fort possiblement envoyé Daniel Jacobs (37-5, 30 K.-O.) la retraite en dominant le ‘Miracle Man’ pendant 10 rounds.

Également, l’un des fils du légendaire Fernando Vargas, Amado Vargas (11-0, 5 K.-O.) a arrêté le frère Ryan Garcia, Sean Garcia (7-1-1, 2 K.-O.) en 6 rounds.

Cela conclut une semaine catastrophique pour la maisonnée Garcia. Quelques jours plus tôt, Ryan (déjà suspendu par la commission athlétique de New York) s’est fait bannir de la WBC pour avoir tenus des propos racistes.

‘Puma’ surprend Ioka

Enfin, au petit matin de dimanche (heure de l’Est), Le ‘Puma’ Fernando Martinez (17-0, 9 K.-O.) a surpris le légendaire Kazuto Ioka (31-3-1, 16 K.-O.) chez ce dernier, au Japon.

Via une décision unanime pro-argentine, il a ainsi défendu avec succès son titre IBF des poids super-plumes, tout en mettant la main sur le titre WBA de Ioka.

Je tiens simplement à dire que je rêve de le voir unifier avec ‘Bam’ Rodriguez.

L’agenda PG

Voici les combats qu’on surveille cette semaine:

Chocolatito vs. Barrera

Vendredi, la légende est de retour! Franchement sorti d’un camp d’entraînement avec ‘Bam’ Rodriguez, la fierté du Nicaragua, Roman Gonzalez (51-4, 41 K.-O.) boxera devant les siens pour la 1ère fois depuis 2015 face au toujours coriace Colombien Rober Barrera (27-5, 17 K.-O.). L’ancien champion livre pour livre boxera pour la première fois depuis sa défaite controversée de décembre 2022 face à Juan Fransico Estrada.

Sanchez vs. Villenueva

Encore vendredi, cette fois à Atlanta, Saul Sanchez (20-3, 12 K.-O.) sera de retour face au Philippin Arthur Villanueva (35-5-1, 20 K.-O.). En janvier dernier, Sanchez était instantanément devenu un favori de la foule du Québec, en livrant une guerre de 12 rounds à Jason Moloney, au Centre Vidéotron.

Janibek vs. Mikhailovich

Samedi, à Las Vegas, le Kazakh ‘Janibek’ Alimkhanuly (15-0, 10 K.-O.) défendra ses titres IBF et WBO des poids moyens face à l’aspirant néo-zélandais Andrei Mikhailovich (21-0, 13 K.-O.).

Ennis vs. Avanesyan

Samedi, à Philadelphie et sur DAZN, Jaron ‘Boots’ Ennis (31-0, 28 K.-O.) sera de retour devant les siens  pour défendre son titre IBF des poids mi-moyens pour la première fois face à l’ex-champion mondial intérimaire David Avanesyan (30-4-1, 18 K.-O.). On se rappelle que ‘Boots’ devait initialement affronter son aspirant obligatoire, le Canadien Cody Crowley, mais que ce dernier s’est retiré en vue d’une blessure à l’œil.

Trouvaille BoxRec

En Angleterre, samedi encore, Jake Goodwin (6-2, 1 K.-O.) sera en action. Pourquoi en parler? Simplement parce que la fiche de son adversaire en vaut le détour. Dans un combat de 4 rounds, chez les super-mi-moyens, il affrontera MJ Hall, un boxeur au dossier de 3-121-3…

Je m’arrête là. Faites attention à vous, spécialement toi, MJ Hall.

vous pourriez aimer :

Lizbeth Crespo: l’élite bolivienne s’invite à Québec

Guido Vianello: «Makhmudov sera un combat facile»

Leïla Beaudoin prête à accomplir une deuxième quête

L’ascension incroyable de Bam Rodriguez

Édition Spéciale: Classement livre pour livre de boxe cubaine

L’International PG: Claggett persiste dans une victoire de Lopez

Abdullah Mason

Abdullah Mason: Cleveland peut enfin célébrer

Ryan Garcia et Devin Haney

L’International PG: Garcia suspendu, Haney ‘invaincu’

Steve Claggett

Steve Claggett: croyez-vous aux Dragons?

Teofimo Lopez promet de ne pas sous-estimer Claggett

Wilkens Mathieu: difficile à comparer, encore plus à prédire

L’International PG: que fera David Benavidez?

Makhmudov : le Lion revient dans la Jungle

Classement livre-pour-livre des meilleurs boxeurs sans couronne

Qui est le prochain pour Osleys Iglesias?

Butler-Volny : l’enjeu est énorme

April Hunter : qui chasse qui le 6 juin?

Osleys Iglesias : «Je n’ai peur de rien ni personne»

Butler-Volny : 15 experts se prononcent

Mbilli-Derevyanchenko : la carte de rêve de Matt Casavant

Jhon Orobio : le sprinteur marathonien

Steven Butler : «Il ne le voudra jamais plus que moi»

Sergiy Derevyanchenko : le Technicien arrive à Québec

Mbilli-Heffron : les 10 constats de la Conquête

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN