Mobile header

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Vincent Ethier – Mehmet Unal (9-0, 7 K.-O.), tout sourire, en arborant fièrement les couleurs de sa terre d’accueil qu’est le Québec.

Cela ne date pas d’hier que des boxeurs amateurs d’élites choisissent le Québec pour se lancer professionnellement en affaire. Certains viennent uniquement pour boxe – et c’est bien correct aussi – d’autres, pour également y construire leur vie autour du sport. Le dernier de cette lignée : Mehmet Unal.

«De là où je viens, en Turquie, tu ne seras jamais Turc si tu n’es pas né là-bas. J’ai aussi habité quatre ans Allemagne, mais encore là, je n’ai toujours été qu’un visiteur. Ici, c’est différent, les Québécois m’ont accueillie à bras ouverts et je me suis tout de suite sentie chez moi», raconte la fierté d’Anada, Turquis, représentant tout aussi fièrement le Québec, de Montréal à Trois-Rivières, depuis maintenant plus d’un an.

Grâce à une solide carrière amateur couronnée par une participation aux Jeux olympiques de Rio en 2016, Mehmet Unal signa avec Eye of the Tiger en juillet 2021. Après avoir disputé ses quatre premiers combats au Mexique, dans le cadre de la pandémique série Commando, il put enfin venir s’installer à Montréal en mars 2023.

Deux grandes histoires virent rapidement le jour.

À l’eau de rose

La première est qu’avant même de disputer un premier combat dans «La Belle Province», le ‘Dernier Ottaman’ (au cœur tendre) trouva d’abord l’amour. Celui du hockey et le «vrai», Marie-Claude Poulin.

«J’allais souvent aux matchs des Lions de Trois-Rivières avec [François Pratte] et elle y chantait souvent l’hymne national. Il nous a présenté et ç’a commencé comme ça», raconte celui qui est également fan des Cataractes des Shawinigan, là où sa copine, directrice promotions et marketing à Énergie et Rouge FM, chante également.

Depuis, le couple a célébré sa première année ensemble en avril. L’espoir mi-lourd partage ainsi son temps entre la Maurice et la métropole, où – pour un peu plus d’intimité, il s’est pris un appartement seul après quelques mois de cohabitation avec Jhon Orobio. C’est une bien belle histoire et on vous renvoie au texte «Histoire d’amour et de boxe», de Matthew Vachon du Nouvelliste pour la découvrir un peu plus.

De retour en boxe

Le 25 mai prochain, les deux mondes de Mehmet Unal se croiseront alors qu’il effectuera un premier combat dans sa terre natale mauricienne, au Centre Gervais Auto de Shawinigan. Devant son gros fan-club, il aura droit à un gros défi, soit Rodolfo Gomez Jr (14-7-3, 10 K.-O.), et ce, dans son premier combat de 10 rounds en carrière.

Ne jugez pas trop le Texan sur sa fiche, à son dernier combat, il avait passé à un round près de surprendre l’aspirant mondial Ahmed Elbiali (23-1, 18 K.-O.). N’ayant jamais été arrêté, il a notamment fait la limite avec Diego Pacheco et Lester Martinez, en plus de vaincre l’ancienne gloire Ricardo Mayorga. D’ailleurs, on avait même tenté de l’opposé à Imam Khataev en janvier dernier avant qu’une blessure n’en décide autrement.

«Il toujours très compétitif… C’est de loin le meilleur test que Mehmet a eu à faire face!», souligne Marc Ramsay, l’entraîneur du principal intéressé.

Ce combat sera d’ailleurs le 6e du boxeur de 31 ans en moins 9 mois. Cet impressionnant niveau d’activité aura été acquis à Gatineau, Montréal, Québec et bientôt Shawinigan, alors pas surprenant qu’Unal commence à se débrouiller fort bien en français.

Le Dodge Ramsay

En raison de son âge et de sa maturité physique déjà atteinte, on opte pour la voie rapide avec l’Olympien. Sur le ring, il l’emprunte cette voie avec un style qui lui est propre.

«Quand on le regarde boxer, on se dit que ce n’est pas une Lamborghini, mais bien un Dodge Ram», disait le descripteur de Punching Grace, Nicolas Martineau.

Lorsqu’on l’a questionné sur cette comparaison, Mehmet Unal l’a trouvé bien drôle, mais également pas fausse du tout.

«La boxe professionnelle et amateur, c’est deux mondes différents. Chez les amateurs, la vitesse est plus importante, mais chez les pros’, c’est plus la puissance et le conditionnement pour pouvoir l’utiliser. Moi, j’ai ces deux éléments et je pense qu’ils pourront m’amener loin», affirme le pugiliste, s’accordant ainsi avec ses patrons.

«On dit que son style est fait pour les professionnels, mais quand on pense qu’il s’est rendu jusqu’aux Olympiques chez les amateurs, on se dit que son potentiel est sans limites», nous avait dit Antonin Décarie, en janvier dernier, quelques jours avant que le «Dodge Ram» ne roule sur le champion d’Italie Dragan Lepei en moins d’un round.

Ça promet pour le 25 mai.

En espérant que personne n’ait jamais comparé ‘Cobrita’ Gomez à un dos d’âne.

vous pourriez aimer :

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN