Mobile header

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Laurent Poulin - Boxingtown Québec

Arthur Biyarslanov (13-0, 11 K.-O.), aussi surnommé le ‘Loup Tchéchène’, fera ses débuts avec l’écurie d’EOTTM le 7 mars prochain au Casino de Montréal.

Le 29 avril 2017, je commence à recevoir des appels incessants, tous veulent me raconter la finale des championnats canadiens, Arthur Biyarslanov vient de battre Mazlum Akdeniz dans un des combats les plus enlevants de l’histoire de la boxe olympique canadienne.

Je commence à marteler qu’il est l’agent libre le plus hot au Canada et je conseille à Camille Estephan et Yvon Michel de le signer le plus rapidement possible…

Qui est Мовладдин Биярсланов?

Movladdin, alias Arthur, Biyarslanov est né à Makhachkal, ville célèbre pour sa grande mosquée et son monument de l’enseignant Russe. Il arrive à Toronto à l’âge de 10 ans où son grand frère lui recommande la boxe pour apprendre à se défendre.

Il est doué ; 4 championnats canadiens, une victoire sur Yasnier Toledo au PanAm et le seul boxeur canadien à se qualifier aux jeux Olympiques de 2016.

Après 3 victoires chez les pros où il boxe en indépendant, Matchroom et Eddie le remarque et lui font signer un contrat. La pandémie fera que le promoteur britannique n’arrive plus à honorer les clauses du contrat et il devient libre comme l’air. Probellum flaire la bonne occasion et le signe, sauf que les problèmes financiers frappent la compagnie qui se rebaptise Disrupt, mais qui n’arrive pas plus à garder Le Loup tchétchène actif. Le contrat ne tient plus. Arthur Biyarslanov n’a qu’une seule idée : rejoindre la compagnie no1 de boxe au Canada, EOTTM. Ma grand-mère dirait que c’est un mariage d’amour et de raison.

« Boxeur gaucher possédant des mains de briques, Arthur est un boxeur complet. Son sérieux à l’entraînement et sa hargne dans l’arène font de lui un boxeur à prendre très au sérieux. L’objectif est de percer le top 10 de la division dès 2025 », nous dit son entraîneur, Samuel Décarie-Drolet.

Je vois clair dans la nouvelle stratégie d’EOTTM, prendre d’assaut la boxe mondiale en tentant d’envahir les divisions payantes. Steve Claggett et maintenant Arthur Biyarslanov profitent de bonnes réputations et de bons classements dans une division où le top 10 en immensément puissant.

  1. Devin Haney
  2. Teofimo Lopez
  3. Subriel Matias
  4. Jack Catterall
  5. Josh Taylor
  6. Regis Prograis
  7. Jose Ramirez
  8. Ryan Garcia
  9. Jamaine Ortiz
  10. ‘Rolly’ Romero

L’effet Artur Beterbiev

Arthur n’est pas un inconnu des galas d’EOTTM, il est dans le coin lors des combats d’Imam Khataev et c’est un ami d’Artur Beterbiev… ça devient intéressant, il est déjà au courant de tous les sacrifices requis pour devenir et demeurer champion du monde.

« Je suis très heureux de rejoindre la famille d’EOTTM. J’ai assisté à bon nombre de leurs galas, et j’ai toujours été impressionné et inspiré par la façon dont ils organisent les événements et soutiennent leurs boxeurs. Après avoir communiqué avec Camille, j’ai toujours eu des vibrations positives et je savais au fond de moi qu’un jour je travaillerais avec Eye of the Tiger. Je tiens d’ailleurs à remercier l’équipe de m’accueillir et je suis très enthousiaste à l’idée de combattre plus souvent là où je me sens chez moi, à Montréal! », mentionne Arthur Biyarslanov.

Sur le ring, c’est la science de la boxe russe, être toujours à la bonne distance, mettre de la pression de façon intelligente et une gauche qui fait mal. Le seul défaut que je pourrais trouver pour le moment, son matchmaking a été fait de manière un peu douillette, on pigeait un peu trop souvent dans les pages no 7 et no 8 du site BoxRec.

Je cherche toujours à tout trop analyser ou à prendre en défaut les promoteurs… je l’admets. Sauf qu’ici, j’ai envie d’applaudir à tout rompre, un olympien canadien, gaucher avec de la puissance et une éthique de travail irréprochable.

vous pourriez aimer :

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN