Mobile header

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Vincent Ethier – Est-ce que Mark Heffron (30-3-1, 24 K.-O.) pourrait être la première escale d’une série de conquêtes de Christian Mbilli (26-0, 22 K.-O.) face à la boxe britannique?

Christian Mbilli affrontera Mark Heffron le 25 mai prochain au Centre Gervais Auto de Shawinigan. Pourquoi lui? Marc Ramsay avait très bien résumé l’idée lors de l’annonce du combat.

«Il est temps pour Christian de montrer aux Anglais ce qu’il peut faire», disait-il.

Clairement, «patience» est le mot d’ordre pour Mbilli, coincé derrière Canelo Alvarez et ses affinités évidentes avec les fédérations. Pour ce qui est des «anglais», rien de personnel, seulement le Royaume-Uni est l’un des plus gros marchés de boxe au monde, alors tant qu’à patienter, pourquoi ne pas le faire sur la plus grande scène?

Voici donc cinq autres noms qui, s’il passe l’épreuve Heffron, permettraient à Mbilli de continuer de venger la défaite française, subite en 1759, sur les plaines d’Abraham de Québec.

Zach Parker (24-1, 17 K.-O.)

Ce nom nous vient tout droit de ‘Solide’ qui, en conférence de presse, a littéralement indiqué : «en ce moment c’est Heffron, mais si l’appel ne vient pas, ça pourrait être Zach Parker ensuite.» Mais qui est-il?

Fait intéressant : il a deux adversaires en commun avec Mbilli. Il s’est rapidement débarrassé de Vaughn Alexander en 2 rounds, mais a tardé un peu plus face à Rohan Murdock en l’emportant au 11e.

Sa seule défaite est des mains de John Ryder, en 2022, dans un combat de championnat du monde intérimaire WBO dont le résultat lui a potentiellement coûté un combat face à Canelo. À sa défense, sans rien enlever à Ryder, ça semblait être le combat de Parker avant qu’il ne se brise la main droite au 4e round, mettant ainsi un terme au combat.

Depuis, il a toutefois rebondi avec deux victoires, dont une face à l’ancien champion mondial Tyron Zeuge en mars dernier. Puisque le combat était disputé entre 168 et 175 livres, Parker est aujourd’hui nº13 IBF et nº16 WBC (super-moyens), ainsi que nº11 WBO (mi-lourds).

Lerrone Richards (18-0, 4 K.-O.)

Surnommé ‘Sniper The Boss’, il surtout connu pour avec vaincu Carlos Góngora, alors invaincu, par décision partagée en 2021. Il n’a toutefois pas vraiment capitulé sur cette victoire, perdant même son titre IBO – appartenant aujourd’hui à Osleys Iglesias – en raison de son inactivité de près de 17 mois.

On ne peut l’ignorer de la liste puisqu’il est très bon, mais ce serait toutefois surprenant de le voir s’amener au Québec. Même chez lui, il peine à rester actif et à intéresser les réseaux de télévision. Son pourcentage de K.-O. de 22% explique un peu pourquoi…

Mark Jeffers (17-0, 4 K.-O.)

Bien que la force de frappe de Jeffers (24% de K.-O.) ne soit guère mieux que celle de Richards, plusieurs facteurs en feraient une meilleure cible pour Christian Mbilli.

D’abord, il est plus actif, s’étant battu en janvier dernier et ayant même une date de retour, soit le 11 mai prochain. L’actuel champion britannique est également classé par les fédérations ; nº29 WBC, mais surtout nº11 IBF.

Point important : on connaît l’importance des relations d’affaires en boxe. Pensons simplement à Camille Estephan et Lou DiBella qui ont opposé 3 de leurs boxeurs respectifs en 2023-2024. Et bien dans le cas de Jeffers, sa carrière est gérée par Kevin Maree, gérant également celle d’un certain Mark Heffron…

Zak Chelli (15-2-1, 7 K.-O.)

Ce qui fait le succès de la boxe britannique – et dernièrement celle du noble art canadien – c’est qu’on dirait que tout le monde finit toujours par s’affronter.

En 2023, Cheili s’est incliné face à Mark Jeffers, mais a rebondi dès janvier dernier face à Jack Cullen… qui venait de battre Mark Heffron. Même que chez les amateurs, Cheili a déjà battu à deux reprises le futur médaillé olympique britannique Ben Whittaker, récemment devenu viral pour ses performances de showboating.

Pour en revenir à Cheili, il est actuellement classé nº22 WBC et nº12 IBF.

Callum Simpson (14-0, 10 K.-O.)

Potentiellement le moins «testé» du lot, il a tout de même un profil intéressant. D’abord, il est aspirant nº15 à la WBA. Ensuite, il a vaincu Jose Macias par décision unanime l’année dernière, bagarreur mexicain bien connu des Québécois, ayant notamment affronté Mikaël Zewski, Francis Lafrenière, Steven Butler et – tout juste avant Simpson – Erik Bazinyan.

Et puis, tout comme Heffron et Jeffers, il est représenté par Maree Boxing, alors tout est possible. Cela dit, bien qu’on aime jouer au prophète, mais Mark Heffron sera d’abord à prendre au sérieux le 25 mai prochain!

À prendre en considération

Pour ceux qui voudraient proposer d’autre nom pour la sortie automnale de Mbilli. Prenez les informations qui suivent en considération…

Canelo Alvarez dit vouloir se battre trois fois cette année. Il affrontera Jaime Munguia le 4 mai, mais les pions semblent déjà placés pour des défenses obligatoires WBA (Edgar Berlanga) et IBF (William Scull) plus tard cette année.

Jaime Munguia – advenant une défaite face à Canelo – ne choisirait sans doute pas d’affronter Christian Mbilli comme «combat de retour».

David Benavidez : bien que son père et entraîneur a dit qu’il aimerait le voir face à Mbilli, la carrière du «Monstre mexicain» semble en suspens chez les super-moyens. Il affrontera Oleksandr Gvozdyk le 15 juillet prochain pour le titre WBC intérimaire des 175 livres. Après ça, redescendra-t-il à 168 livres un jour?

David Morrell : même chose que Benavidez, il devrait affronter Radivoje ‘Hot Rod’ Kalajdzic quelque part cet été pour le titre WBA «régulier» des mi-lourds. Advenant une victoire, son titre «régulier» des super-moyens deviendra vacant, alors une redescente semble encore plus improbable.

Caleb Plant : certains aiment penser que l’argent règle tous les problèmes, mais cela ne suffit pas toujours pour convaincre un boxeur de se battre. Récemment, Plant a refusé une offre lucrative de se battre en demi-finale Masvidal-Diaz. Il est inactif depuis plus d’un an et attend de voir s’il pourra obtenir un grudgematch face à Jermall Charlo.

On s’amuse, mais heureusement, d’ici au 25 mai, on n’aura pas réellement besoin de se demander «qui est le prochain?»

vous pourriez aimer :

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN