Mobile header

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Laurent Poulin - Boxingtown Québec

Photo : PBC Boxing – Tim Tszyu, prochain grand monarque des 154 livres?

J’ai découvert mon amour de la boxe en même temps que j’ai commencé à me raser la barbe, en 1992. Si je sais compter, j’avais environ 10 ans, mais bref, je découvre rapidement la catégorie des 154 livres en regardant défiler les Manny Pacquiao, Miguel Cotto, Oscar De La Hoya, Floyd Mayweather, Zab Judah et surtout Ronald ‘Winky’ Wright. Cette catégorie devient ma favorite.

Détail loufoque : La WBO et l’IBF parlent de junior-middleweight alors que la WBA et WBC préfèrent l’appellation super-welterweight : en français, super-mi-moyens.

Cette division perd de son lustre depuis un moment. Jermell Charlo a unifié tous les titres pour ensuite multiplier les tours de passe-passe pour ne pas affronter son aspirant le plus légitime et obligatoire Tim Tszyu (24-0, 17 KOs). Suite à sa défaite où il a été déclassé par Saul Alvarez, la WBC/WBA lui a inventé un rôle de Champion unifié in recess… Ne me demandez pas ce que ça veut dire, je suis mêlé comme un cheval dans un jeu de cartes avec tous ses champions actifs ou inactifs.

La boxe comme  la politique ont horreur du vide, certains boxeurs ont mis la main sur des titres vacants et d’autres pourraient jouer un rôle important dans la relance de la division. Il est donc de mon devoir de vous présenter les boxeurs qui redonneront aux 154 livres ses lettres de noblesse.

Israil Madrimov – 10-0, 8 K.-O.

« C’est le nouveau Golovkin » – Eddie Hearn

Surnommé avec raison The Dream, l’Ouzbek est un danger pour n’importe qui voulant monter dans un ring de boxe. Il vient de mettre la main sur le titre WBA en passant le KO à Magomed Kurbanov qui était fort d’une fiche de 25-0, mais il est loin d’être seul dans sa division.

Tim Tszyu – 24-0, 17 K.-O.

Le fils d’une grande légende australienne livre la marchandise. Ses 5 dernières victoires sont épatantes, Takeshi Inoue, Terrell Gausha, Tony Harrison, Carlos Ocampo et Brian Mendoza. J’ai vu des boxeurs s’asseoir et se tourner les pouces une fois aspirant no 1, Tim a pris les bouchées doubles. Aujourd’hui même, il s’est moqué d’Eddie Hearn qui vantait Madrimov comme étant la plus belle invention depuis la corde à linge. Tszyu fera face à Keith ‘One Time’ Thurman le 30 mars prochain, l’américain est tellement inactif que la WBO refuse d’en faire un combat de championnat du monde.

Vergil Ortiz – 20-0, 20 K.-O.

L’américain de 25 ans dominait la compétition avant de prendre une petite pause en 2023. Il est bon, très bon, et sa fiche n’est pas truquée, il a battu et passé le K.-O. à des boxeurs très légitimes. Je donnerais n’importe quoi pour le voir affronter le top 5 de la division. Son prochain combat est face à Jose Ramirez en avril prochain. Un dernier arrêt avant un combat de championnat du monde.

Charles Conwell– 18-0, 13 K.-O.

Un américain de Détroit signé chez Golden Boy et aspirant no1 à la WBC. Il a annoncé ses couleurs en disant être affamé et vouloir un combat de championnat dès 2024. Je vous avertis, il ne fait pas dans la dentelle, il lance des bombes à répétitions. Il sait discourir aussi, il a avisé Tszyu et Charlo qu’il n’était plus en sécurité avec lui dans les parages.

Et les autres:

Pour compléter ma liste, la division est garnie de jeunes boxeurs prometteurs comme Erickson Lubin (26-2), Sébastien Fundora (20-1-1), Xander Zayas (18-0).

Imaginez si Terence Crawford et Errol Spence décident chacun de leur côté de monter de poids. Terence n’a plus rien à prouver chez les 147 livres-poids et Errol, remis de ses cataractes, ne peut plus faire le poids sans s’affaiblir dans la division où il a détenu 3 titres…

J’ai l’œil pour ce genre de prédiction et je prédis à l’instant que les 154 livres seront de retour au sommet de la boxe mondiale d’ici la fin de 2024.

vous pourriez aimer :

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN