Mobile header

Teofimo Lopez promet de ne pas sous-estimer Claggett

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo: Mikey Williams/Top Rank – Bien qu’il ait d’autres combats dans sa mire, Teofimo Lopez jure qu’il s’entraîne aussi fort pour Steve Claggett que s’il se préparait à affronter Terence Crawford.

Teofimo Lopez (20-1, 13 K.-O.) est copieusement favori pour remporter son duel face à Steve Claggett (38-7-2, 26 K.-O.), prévu le 29 juin prochain, au James L. Knight Center de Miami Beach. Mais à l’inverse des preneurs aux livres, le champion WBO et linéaire des poids super-légers refuse de sous-estimer son adversaire canadien.

Pour lui, c’est le plus vieux cliché en boxe.

«Dans le script, je suis sensé mal paraître, non? Steve Claggett arrive comme un genre de Rocky Balboa. Il a tout à gagner et j’ai tout à perdre…», raconte Lopez, tout sourire lorsqu’on a demandé quelle version d’Apollo Creed il allait offrir.

«Celui en sparring dans Rocky III!»

Anecdote: une entrevue virtuelle de 15 minutes – largement axée sur la boxe – ne laisse pas beaucoup de temps pour apprendre à connaître quelqu’un. Une chose que j’ai apprise sur Lopez est qu’il connaît son cinéma aussi bien que sa boxe. Outre son pseudonyme Zoom, ‘THE TAKEOVER’, sa caméra nous offrait une vue sur un large cadre du film culte Les Affranchis, l’histoire de gangsters américains tournée par Martin Scorsese en 1990…

Connaissance de cause

Pour en revenir aux 14 autres minutes de boxe. Bien sûr, même si c’était le cas, Lopez n’allait jamais avouer sous-estimer Claggett. On l’a donc relancé autrement. Comment quelqu’un qui a déjà vaincu la ‘Matrice’ Lomachenko ou la ‘Tornade’ Taylor, peut-il s’entraîner avec la même hargne pour un ‘Dragon’ Claggett, qui – aussi bon soit-il – a bien moins de renom?

«Le prochain combat vaut toujours plus que le dernier. Tu vois, c’est ma dernière entrevue aujourd’hui et je retourne m’entraîner après. Je ferai ça encore et encore, même si j’étais sur mon lit de mort, parce que Teofimo n’est pas remonté au sommet juste pour en retomber», affirme-t-il avec passion.

Cette chute, c’était une défaite surprise face à George Kambosos Jr, il y a trois ans.

«J’ai appris que pour rester au sommet, tu dois t’entraîner comme si tu n’y avais jamais été», vient-il ajouter.

Travail père-fils

En fin de camp d’entraînement, l’ex-champion unifié des poids légers dit «flotter» dans le gymnase, prêt à offrir la «meilleure version» de lui-même face à Steve Claggett.

À ses côtés, dans son coin comme dans la vie, son père et entraîneur, Teofimo Sr, le supervise tout en gardant un œil sur son adversaire.

«Il le regarde non-stop. On sait tout ce qu’il va faire. On sait que quand il veut changer d’angle, il tourne gaucher et double son jab.  Chaque petit détail, on les voit», lance-t-il, non pas sans souligner que son père avait été nommé entraîneur de l’année en 2020.

Mais même s’il «voit tout», la vue n’offre pas un combat facile pour autant.

«Les gens regardent la fiche de Steve Claggett, mais nous, on voit son style, ce qu’il amène dans le ring. C’est un gars tough, qui n’a peur de rien. Il arrive sûrement en confiance parce que toute son équipe doit lui dire que je le sous-estime… Mais l’inverse est aussi vrai! Il n’a jamais affronté personne comme Teofimo.»

Remerciement et avertissement

Servant les fleurs et le pot, en créditant Claggett, Teofimo Lopez se veut tout aussi vocal quant au sort qu’il réserve à son prochain adversaire. Il espère simplement qu’il ne va pas courir comme le dernier.

«Apparemment, c’est le genre de gars qui pourrait faire des triathlons tellement il a un bon cardio. Mais bonne chance à lui s’il pense que je vais me fatiguer. Teofimo ne se fatigue pas. Jamais. Je me suis déjà battu avec des poumons percés et j’ai quand même fait 12 rounds. On a déjà vu tout ça, des gars qui espèrent que la tempête va passer après 6 rounds, mais quand je ne me fatiguerai pas, qu’est-ce que tu vas faire, Steve Claggett?»

C’est comme si le «mode vilain» venait d’être enclenché.

«Je te remercie d’avoir signé le contrat, personne d’autre n’a voulu, alors ça démontre à quel point tu es ‘tough’ et à quel point tu veux être le meilleur. Mais maintenant, tout ce que tu as à faire, c’est te présenter et regarder la parade passer.»

Mais encore…

«Le 29 juin, vous verrez la grandeur de Teofimo Lopez. Tu as le droit de rêver, Steve Claggett, mais jamais tu n’auras ce qui m’appartient. Jamais je ne te laisserais me prendre! Une fois dans le ring, tu vas ressentir la peur, tu vas ressentir la pluie, l’orage et la foudre. Tu vas tout ressentir!»

Et plus amicalement, il conclut.

«Ça reste les meilleurs contre les meilleurs et ce sera donc un superbe combat. À tout le monde qui le regardera du Canada: je vous aime!»

Car le ‘Takeover’ n’a pas de frontières. L’Américain aux origines honduriennes a des victoires en provenance des États-Unis, du Mexique, Guatemala, Brésil, Kosovo, Japon, Ghana, Ukraine, Espagne et Royaume-Uni. Mais le 29 juin 2024, sous le soleil de Miami, il voudra conquérir le Nord pour la 1re fois face au Dragon canadien, Steve Claggett.

vous pourriez aimer :

Lizbeth Crespo: l’élite bolivienne s’invite à Québec

Guido Vianello: «Makhmudov sera un combat facile»

Leïla Beaudoin prête à accomplir une deuxième quête

L’International PG: Divorce nuageux entre Shakur Stevenson et Top Rank

L’ascension incroyable de Bam Rodriguez

Édition Spéciale: Classement livre pour livre de boxe cubaine

L’International PG: Claggett persiste dans une victoire de Lopez

Abdullah Mason

Abdullah Mason: Cleveland peut enfin célébrer

Ryan Garcia et Devin Haney

L’International PG: Garcia suspendu, Haney ‘invaincu’

Steve Claggett

Steve Claggett: croyez-vous aux Dragons?

Wilkens Mathieu: difficile à comparer, encore plus à prédire

L’International PG: que fera David Benavidez?

Makhmudov : le Lion revient dans la Jungle

Classement livre-pour-livre des meilleurs boxeurs sans couronne

Qui est le prochain pour Osleys Iglesias?

Butler-Volny : l’enjeu est énorme

April Hunter : qui chasse qui le 6 juin?

Osleys Iglesias : «Je n’ai peur de rien ni personne»

Butler-Volny : 15 experts se prononcent

Mbilli-Derevyanchenko : la carte de rêve de Matt Casavant

Jhon Orobio : le sprinteur marathonien

Steven Butler : «Il ne le voudra jamais plus que moi»

Sergiy Derevyanchenko : le Technicien arrive à Québec

Mbilli-Heffron : les 10 constats de la Conquête

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN