Mobile header

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Vincent Ethier — Wilkens Mathieu marchant vers le ring de Québec, le 13 janvier dernier.

De 1985 à 1986, « Iron » Mike Tyson a pris la boxe d’assaut en se battant 19 fois à 19 ans. « Ça n’a aucun rapport avec Wilkens Mathieu », vous direz, mais c’est la manière théâtrale de dire que l’espoir québécois souhaite également faire de sa 19e année, la plus active de sa carrière.

« Je me suis battu 5 fois en 2023, mais ça pourrait même être plus en 2024 », confie le plus récent lauréat du titre de recrue de l’année d’EOTTM, debout sur ses lauriers.

Les temps ont changé depuis l’avènement du New-Yorkais. 1985, c’est 39 ans passés, dont 19 avant la naissance de Wilkens. Aujourd’hui, une régie qui se respecte comme celle du Québec ne permettrait pas un tel rythme. D’autant plus que le natif de la Capitale-Nationale, auteur d’une fiche de 6-0, 3 K.-O., n’est pas un poids lourd et doit donc aussi affronter la balance chaque fois. Dans tous les cas, l’objectif est clair.

« Ça augure bien avec trois combats de prévus en trois mois, mais je dirais que je vise six ou sept combats. Je ne pourrais pas vraiment en faire en haut de sept, surtout si on tombe à huit rounds, mais un combat aux deux mois, c’est réaliste, c’est un beau chiffre et c’est parfait », analyse l’espoir ayant touché la première de ses sept cibles, le 13 janvier dernier, neuf jours après son 19e anniversaire.

Première grande danse

Ce combat n’était pas comme les autres. D’abord, après cinq duels à Montréal, le droitier rentrait au bercail, chez lui, à Québec. Et puis, en sous-carte du choc Beterbiev-Smith, présenté au Centre Vidéotron, devant une foule de 10 031 braves fervents de boxe ayant traversé la tempête pour y assister. Cela représente non seulement le nouveau record de l’immeuble, mais aussi la meilleure assistance de la dernière décennie dans toute la province. À entendre la foule, une bonne partie de celle-ci s’était déplacée pour « encourager local », alors que même en début de soirée, plus de 6 000 personnes attendaient Mathieu pour chanter son nom.

« C’était vraiment incroyable. Je savais que ça allait être dans ma ville, mais je ne savais pas qu’y’allait avoir autant de fans présents pour m’applaudir et crier pour moi. C’est un moment que je vais me rappeler longtemps », indique celui qui, sur les traces du Roi Artur, rêve autant d’être champion mi-lourd que de remplir le Centre Vidéotron.

En attendant, en avant-goût de ses deux quêtes, il a remporté une décision unanime de quatre rounds face à Jose « La Fiera » Alvarez (3-2, 1 K.-O.), un Mexicain de 20 ans son aîné. « J’ai fait de belles choses, mais j’ai démontré mon calme surtout. J’avais un adversaire baveux, qui essayait aussi beaucoup de m’accrocher. J’aurais pu commencer à essayer de swinger et devenir frustré, mais non, je suis resté focus et j’ai suivi le game plan », revoit l’athlète opérant sous les directives de Mike Moffa.

Gloire et blanc d’œuf

Ciblant un combat aux deux mois, il devrait en principe se battre 7 mars prochain. Détail important : il va d’ici là boxer une 2e fois en moins de deux semaines, comme dans le bon vieux temps, alors qu’il sera de retour au Casino de Montréal le 25 janvier.

« C’est quand même spécial de retomber tout de suite en mode combat. Juste là, je te parle, je suis en train de me faire des œufs, mais je peux juste manger le blanc parce que je dois rester près du poids », raconte le jeune pugiliste combattant à 170 livres.

Au moment de l’entrevue, deux nuits avaient passé depuis Québec, mais déjà, Mathieu était à neuf jours d’une pesée à Montréal. Une fois cette bataille remportée, il fera face au Letton Ivans Levickis (36-44, 22 K.-O.). Ce vétéran sera devant lui pour un maximum de six rounds, mais idéalement moins.

« C’est un gars qui en a vu d’autres et qui a affronté beaucoup d’espoirs invaincus. Pour moi, en début de carrière, c’est un beau défi, c’est d’essayer de faire mieux qu’eux et d’aller chercher le K.-O. », conclut-il avant d’aller savourer son blanc d’œuf, rançon de la gloire à laquelle il devra s’habituer, surtout en 2024 où il pourrait bien être le boxeur le plus actif au pays.

**Une semaine après la réalisation de l’entrevue, Levickis s’est retiré du combat et Wilkens Mathieu affrontera maintenant Oscar Soto Quintana (6-4, 2 K.-O.), prenant le combat à 3 jours de préavis**

vous pourriez aimer :

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN