Mobile header

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Vincent Ethier — Stéphane Joanisse et Vanessa Lepage-Joanisse, dans l’émotion du moment de la conquête du championnat mondial WBC des poids lourds de ‘Vany’.

C’était il y a 8 ans, mais Stéphane Joanisse s’en rappelle comme si c’était hier. Il était assis au bar, à Sorel-Tracy, après la pesée d’un combat de Pascal Villeneuve. En discutant avec Stéphane Larouche et Pierre Bouchard, il lance:

«Je ne sais pas où exactement, mais j’ai le feeling que la boxe va m’amener loin.»

Des années plus tard, le 7 mars dernier, la boxe l’amenait aussi loin qu’un entraîneur peut se rendre ; à la conquête d’un championnat mondial. Ce soir-là, Vanessa Lepage-Joanisse (aucun lien de parenté) battait Abril Vidal par décision partagée pour ainsi conquérir le titre WBC de la division reine.

Transporter la boxe

Avant que la boxe ne l’amène loin, Stéphane Joanisse a fait la même chose avec son sport. Fan dès l’enfance, le natif de Cantley pratique d’abord karaté et judo en raison des craintes de ses parents par rapport à sa passion première. À 18 ans, il enfile les gants librement et devient officiellement boxeur amateur.

En parallèle, il joint les forces de l’ordre et les rangs de la Sûreté du Québec (SQ), où vocation et passion s’entrecroisent une première fois, alors qu’il participe aux Mondiaux policiers de 2005. En revanche, le manque de stabilité géographique lié à son travail finit par avoir raison de sa carrière de boxeur amateur.

Mais, de là naîtra celle d’homme de coin.

Lorsqu’il obtient un poste sur la Côte-Nord, le tout débute…

«C’était à Schefferville, où tu peux juste te rendre en train. En partant, je me rappelle avoir dit à ma femme : ‘tant qu’à être isolé là deux ans, je vais coacher et redonner ma passion de boxe», explique-t-il, rencontré au Club de boxe BG de Buckingham.

C’est là qu’il entraîne aujourd’hui, à près de 1 200 kilomètres d’où il avait commencé.

Promouvoir le noble art

Au départ, son idée connaît une certaine réticence, celle «du petit blanc que personne ne connaît» qui veut apprendre aux jeunes des nations naskapie et innue à boxer, et ce, dans un secteur déjà fort criminalisé.

Heureusement, son statut de policier crédibilise son projet et les conseils de bande décident d’embarquer.

«J’ai peut-être été un peu traumatisé parce que mes parents ne voulaient pas que je boxe, lance-t-il en riant, mais ç’a toujours été mon plan de vie de promouvoir le meilleur du sport ; règles, respect, éthique de travail, implication…»

Il profite donc de ses années sur la Côte-Nord pour enseigner les plus belles valeurs du sport, mais aussi de réelles habiletés pugilistiques. À l’appui, malgré les frais de voyagement volumineux, plusieurs de ses jeunes vont jusqu’à la Coupe Québec.

Une vraie école

Après quelques années, au tournant de 2010, il rentre à la maison en ramenant son sport avec lui. À Saint-André-Avellin, le Club de boxe de la Petite-Nation voit le jour.

Là-bas, il continue de «démystifier» son sport.

«C’était encore ça, surtout dans un milieu où il y avait juste du hockey et du soccer. Je voulais montrer que la boxe était comme une école de la vie, que ceux qui entraient au gym pouvaient être de meilleures personnes au moment d’en ressortir.»

«J’ai toujours pensé que d’entraîner des jeunes, ça venait avec une responsabilité. N’importe qui peut entrer et taper sur un sac et apprendre la boxe, mais je suis de ceux qui pense que la boxe peut aussi t’apprendre beaucoup», vient-il prêcher.

La double pause

Un des meilleurs exemples de cette philosophie est bien évidemment celui de Vanessa Lepage Joanisse. Elle qui a «grandi» au Club de boxe de la Petite-Nation : de débutante, en 2011, à aspirante au titre mondial, en 2017.

Après ça, lorsqu’elle décide de quitter le monde de la boxe, un concours de circonstances amène son entraîneur à faire de même, quelques mois plus tard.

«C’était plusieurs choses, j’avais mis tellement d’énergie là-dedans, et je ne le regrette pas, mais avec ma famille, mon travail, j’avais besoin de m’investir ailleurs», indique celui qui, tout comme ‘VLJ’, ne quittait que pour mieux revenir…

L’appel de Gaumont

Tout cela nous amène en pleine pandémie, au croisement de 2020-2021, quand Stéphane Joanisse croit sa vie d’entraîneur derrière lui. C’est alors que son bon ami et – jusque-là – ex-confrère Marcellin Gaumont l’appelle.

«Il me dit : ‘Steph, Alex [Gaumont] veut passer pro’, mais on ne va pas y aller si tu n’embarques pas’… Finalement, je me suis dit : ‘je suis qui, moi, pour empêcher le kid de vivre son rêve?»

Stéphane Joanisse était de retour. Et ça, ce n’était que le début.

Revoilà Vanessa

Alexandre Gaumont progresse vite et impressionne, tellement que promoteur Eye of the Tiger le met sous contrat. Pendant ce temps, en pleine bulle pandémique, un visage familier apparaît au BG : Vanessa Lepage-Joanisse.

«Elle est venue une première fois, on sait l’histoire, avec le poids qu’elle avait pris. Je sentais qu’elle essayait de se convaincre elle-même… et ça n’a pas marché. C’est plus tard, quand elle est revenue, mais en ayant fait son bout de chemin. Elle avait perdu presque 50 livres et là elle y croyait!»

Une fois prête à se battre, EOTTM ne fut ensuite pas dure à convaincre.

«J’étais au Casino, dans le coin d’Alex. Après le combat, Camille [Estephan] est venu me parler de la remise en forme de Vanessa. Je lui ai dit presque en niaisant qu’on attendait juste qu’il nous fasse une offre et il m’a répondu : ‘Ah oui? Parfait!’. Le soir même, Marc Ramsay nous offrait un contrat.»

Le reste appartient à l’histoire.

Le prochain chapitre

Mais maintenant cette histoire accomplie, qu’elle est la suite pour Stéphane Joanisse?

«Qu’est-ce que tu peux faire de plus? Pas juste de gagner le titre, mais de l’avoir fait en partant de zéro avec un athlète. Juste au Québec, appart Marc Ramsay avec Jean Pascal, très peu de coachs l’ont fait», affirme-t-il avec fierté.

Cette fierté ne l’empêchera toutefois pas d’accomplir davantage. À court terme, Gaumont (9-0, 6 K.-O.) est en pleine ascension, visant une 10e victoire, le 25 mai, à Shawinigan. ‘Vany’ (7-1, 2 K.-O.), elle, visera de nouveaux sommets à l’approche de l’automne, reste à savoir contre qui.

Car un titre mondial, c’est comme un verre de lait. Un c’est bien, mais deux c’est mieux. Le sommet de la WBC est conquis, mais il existe aussi celui de l’IBF. À ce chapitre, l’Océanienne Lani Daniels est reine et maître, autant chez les lourds que mi-lourds.

«C’est clair qu’elle serait notre premier choix… mais on laisse ça entre les mains de Camille», achève Stéphane Joanisse, déjà bien occupé à être une fois policier, deux fois homme de coin, mais encore, trois fois père de famille.

LA SÉRIE COMPLÈTE

HOMME DE COIN, PARTIE I : LES 12 TRAVAUX DE MARC RAMSAY

HOMME DE COIN, PARTIE II : LA MÉTHODE «MIKE MOFFA»

HOMME DE COIN, PARTIE III : SAMUEL DÉCARIE-DROLET, L’ENSEIGNANT DE BOXE

HOMME DE COIN, PARTIE IV : L’ASCENSION DE JESSY ROSS THOMPSON

vous pourriez aimer :

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN