Mobile header

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Vincent Ethier – Thomas Chabot revenait de loin face à Alfredo Espino.

Les derniers mois ont été mouvementés pour Thomas Chabot (10-0, 8 K.-O.) et malheureusement, pas sur le ring. Un combat compliqué, une blessure, deux changements de coin et trois reports ; les dieux de la boxe ne l’ont pas épargné. Son combat de retour du 2 mai dernier, une victoire en 5 rounds face à Alfredo Espino (6-2-1, 2 K.-O.) était donc bien plus qu’un simple retour dans l’arène.

«J’étais peut-être un peu rouillé, mais surtout plus anxieux que d’habitudes», raconte celui qui n’avait pas boxé depuis le 1er juin 2022.

Cela faisait plus de 10 mois, donc près d’un an qu’il attendait cela, alors une fois le travail accompli, quelques larmes ont quitté son visage, signe que la pression migrait enfin de ses épaules…

Vaincre le doute

«Pour moi, l’année dernière était une année de perdue. Tu viens au gala, tu vois les gars boxer, tandis que toi, tu n’as pas cette chance-là… Ça finit par jouer sur ton mental, tu te remets en question, te demandes si tu as ce qu’il faut. Je voulais revenir, mais surtout, après mes dernières performances, je voulais aussi me prouver ça à moi-même.»

À l’échelle mondiale, certains d’entre vous ont peut-être déjà vu cette vidéo de Teofimo Lopez, datant décembre 2022. En direct de ESPN, après une victoire des plus serrées face à Sandor Martin, ‘Teo’ demande à ses hommes de coin : ‘Do I still got it?’

Le combat suivant, il s’offrait une victoire plus convaincante pour redevenir champion mondial en surprenant Josh Taylor.

Le doute fait partie de la boxe et, de retour au Québec, Thomas Chabot l’a vaincu à son tour face à Alfredo Espino. Plus encore, d’une manière bien plus décisive qu’à ses deux derniers combats…

La maladie du guerrier

On a déjà entendu le légendaire Russ Anber parler du puncher disease, ou la maladie du cogneur, quand un boxeur ne mise que sur sa force de frappe pour gagner un combat. Dans le cas de Chabot, on peut plutôt parler du warrior disease, ou maladie du guerrier.

Ce syndrome l’avait spécialement frappé à ses deux derniers combats, le poussant à mettre sa boxe de côté et aller en guerre contre des boxeurs bien moins bons que lui. Le 2 mai, ‘The Ghost’ luttait donc face à lui-même pour mettre ses fantômes derrière lui.

«Je suis un guerrier. Je suis fait pour ça, en prendre et en donner jusqu’à la mort… mais contrairement à lui, moi, je pouvais aussi boxer», nuance le Québécois, luttant également contre sa frustration vis-à-vis à un adversaire en surpoids.

«À mon dernier combat, j’étais comme dans une bulle. J’avais de la misère à rester en contrôle de moi-même… et ce soir, je voulais reprendre ce contrôle-là», ajoute-t-il, fier d’avoir su «virer les choses de bord» quand l’appel d’échanger coup pour coup le hantait.

Et maintenant l’inactivité

Dans cette quête de contrôle de soi, il a également crédité son entraîneur, Laszlo Marien, dans son coin pour une première fois. Avec la glace de brisée, doute et hantises derrière lui, le fantôme de Thetford Mines espère maintenant revenir en force, comme il l’a fait le 2 mai, mais cette fois, dans des délais bien moindre.

«C’est quelque chose que je me disais pour me ramener à moi dans le ring en plus : ‘tu ne peux pas aller en guerre ce soir si tu veux te rebattre bientôt’.»

Les galas du 25 mai et 6 juin semblent déjà ‘bookés’. Toutefois, le gala du 2 mai, initialement prévu le 11 avril, a bien démontré qu’il est difficile à de tout prévoir. Alors si des changements d’horaires s’imposent :

«Je serais prêt n’importe quand», nous dit Thomas Chabot.

vous pourriez aimer :

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN