Mobile header

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Denis Germain – Dans un duel Québec-Ontario entre les deux meilleurs de leur province respective, Steven Butler et Steve Rolls vise l’international, le 7 mars prochain, au Casino de Montréal.

Steven Butler est loin des siens pour un second camp d’entraînement consécutif. C’est plus froid et moins huppé que Vegas ou L.A., mais c’est au nord des États-Unis que le Montréalais espère atteindre le niveau supérieur.

Face à Murata et Janibek, Butler a passé à une victoire, peut-être même un coup de poing, d’atteindre le sommet. Il aurait donc regretté toute sa vie de ne pas avoir tenté une troisième mise en utilisant sa carte ultime : la meilleure version de lui-même.

Pour ce faire, à des centaines de kilomètres de la maison ; plus aucune distraction. Sa vie n’est que boxe.

« Je n’avais pas envie d’être un jour le genre de ‘mononcle’ qui te sort le : ‘moi j’aurais pu faire ça… si j’avais fait ci…’ Je n’ai aucun regret et je donne tout parce que je ne veux jamais en avoir », raconte la fierté du Club Champion, supporté de loin par Rénald Boisvert et guidé de près par John Scully.

À seulement 28 ans, ‘Bang Bang’ Butler boxe pro’ depuis déjà une décennie. Son compteur frôle les 40 duels, dont 2 de titre mondial. C’est déjà beaucoup, mais ce n’est pas assez, alors pas question de ralentir.

« Dans une carrière de boxe, tu dois garder la pédale au fond parce que tu ne sais jamais quand l’auto va s’arrêter », reflète le jeune vétéran.

De toutes ses forces

Pour ce qui est d’améliorer la voiture Butler, Scully mise sur ce qu’elle fait de mieux.

« C’est un gars d’expérience, un gars qui connaît sa boxe. On le voit, il travaille avec Marc Ramsay dans le coin d’Artur Beterbiev. Mais moi, ce qui m’a fait accrocher, c’est qu’il me dise : ‘Steven, t’as assez de points forts pour devenir champion du monde. Oui, on va travailler tes défauts, mais moins que tes forces, parce que  c’est elle qui feront ton plan de match’.je ne veux pas que tes faiblesses deviennent ton plan de match’ ».

Ç’a dû être le speech du siècle.

Au lieu de prolonger ses vacances à Disney World, en août dernier, il demanda à sa femme de le déposer à l’hôtel situé non loin du gym de boxe au look de vieux hangar où le coach surnommé ‘Iceman’ travaille. À l’image du lieu où il passa finalement plus de deux mois, la performance en résultant ne fut pas sa plus fancy, mais elle fit le travail alors qu’il reprit le chemin de la victoire face à Ivan Alvarez, en novembre dernier.

Difficile de juger cette performance. L’homme revenait d’une défaite, mais aussi du doute, deuil et dépression l’ayant suivi. Il revenait de «  la noirceur à la lumière », pour citer Tremblay. Ce soir-là, il a vaincu Alvarez, mais surtout ses démons.

Juste pour ça, niveau magie, le gym de Scully n’a rien à envier au château de Disney.

Niveau boxe, le combat face à Rolls en dira plus long.

« On est à la guerre »

Mais qui dit combat face à Rolls, dit retour aux États-Unis. Et puis, même en louant un condo plutôt une chambre d’hôtel, Butler est aussi loin du rêve américain que de ses proches.

« Loin des yeux, près du cœur », garde-t-il en tête.

C’est qu’au cœur d’une Saint-Valentin peu romantique, loin de sa femme et de ses enfants, il met les gants chaque semaine avec des espoirs américains avides faire leurs preuves en tentant de lui « taper sur la gueule ».

« C’est comme des combats. Les gars ne se respectent pas, ils sont là pour se taper sur le menton, pour ne pas dire sur la gueule », indique-t-il avec un sourire en coin.

« Mais vraiment, ça aide à rester stimulé. Sans rien enlever au Canada, le fait est qu’on se connaît tous : Erik Bazinyan, Christian Mbilli, on souhaite le meilleur pour tout un chacun. Tandis qu’ici, on est à la guerre et c’est chacun pour soi. »

Des portes closes à votre écran

En parlant de séance d’entraînement toute canadienne. Butler et Rolls ont déjà mis les gants ensemble à quelques reprises. Restant évasif, le Québécois en a tout de même commenté ceci.

« Plusieurs auraient payé pour voir ça… Ce n’est pas pour rien qu’on en a conclu un combat », affirme-t-il, très conscient de l’enjeu qui les remet sur le même chemin.

« On a été à l’international et on a échoué. Là, c’est de savoir qui veut le plus y retourner et qui restera un boxeur local », enchaîne le fils du quartier Saint-Michel, comptant aller jusqu’au bout d’un rêve dépassant largement son prochain adversaire.

Entre rêve et réalité, Steve Rolls demeure un obstacle de taille. Plusieurs doutent même que le séjour de Steven Butler au pays de l’Oncle Sam lui suffise pour aller au bout de ses ambitions. Le principal intéressé, lui, ne leur accorde pas d’importance, préférant doubler sa reconnaissance envers ceux qui ont foi en lui. Mot à ceux-ci :

« Le meilleur est à venir. Je sais que vous y croyez, j’y crois et on va y arriver. »

vous pourriez aimer :

Lizbeth Crespo: l’élite bolivienne s’invite à Québec

Guido Vianello: «Makhmudov sera un combat facile»

Leïla Beaudoin prête à accomplir une deuxième quête

L’International PG: Divorce nuageux entre Shakur Stevenson et Top Rank

L’ascension incroyable de Bam Rodriguez

Édition Spéciale: Classement livre pour livre de boxe cubaine

L’International PG: Claggett persiste dans une victoire de Lopez

Abdullah Mason

Abdullah Mason: Cleveland peut enfin célébrer

Ryan Garcia et Devin Haney

L’International PG: Garcia suspendu, Haney ‘invaincu’

Steve Claggett

Steve Claggett: croyez-vous aux Dragons?

Teofimo Lopez promet de ne pas sous-estimer Claggett

Wilkens Mathieu: difficile à comparer, encore plus à prédire

L’International PG: que fera David Benavidez?

Makhmudov : le Lion revient dans la Jungle

Classement livre-pour-livre des meilleurs boxeurs sans couronne

Qui est le prochain pour Osleys Iglesias?

Butler-Volny : l’enjeu est énorme

April Hunter : qui chasse qui le 6 juin?

Osleys Iglesias : «Je n’ai peur de rien ni personne»

Butler-Volny : 15 experts se prononcent

Mbilli-Derevyanchenko : la carte de rêve de Matt Casavant

Jhon Orobio : le sprinteur marathonien

Steven Butler : «Il ne le voudra jamais plus que moi»

Sergiy Derevyanchenko : le Technicien arrive à Québec

Mbilli-Heffron : les 10 constats de la Conquête

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN