Mobile header

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Vincent Ethier, EOTTM – Christopher Guerrero commence à prendre goût à l’emporter avant la limite.

C’est en train de devenir une habitude, mais Christopher Guerrero l’a encore emporté avant la limite jeudi soir dernier. Après quelques bonnes attaques au corps, la signature de ‘‘Machine Gun’’, c’en était fini pour Edwin Villarreal Flores, pliant bagages au 3eround du combat présenté au Casino de Montréal le 2 février.

« Pour moi, c’est comme jeu vidéo ; mon entraineur [Giuseppe Moffa] a la manette de PlayStation dans les mains et moi je ne fais qu’exécuter », image le boxeur montréalais.

Fort de cette victoire, Guerrero demeure ainsi invaincu en six combats, avec deux K.-O. à sa fiche, enregistrés lors de ses deux dernières sorties.

La mentalité des grands

D’un combat à l’autre, Christopher Guerrero semble connaître la courbe de progression dont rêve n’importe quel boxeur, promoteur ou entraineur. Justement, aux yeux de l’homme qui tient la manette, Giuseppe Moffa, Guerrero n’a que lui-même à remercier pour le succès grandissant qu’il connait actuellement.

« Il est tout le temps dans le gymnase, c’est un gym rat, comme on dit. Il adore la boxe, il vit de la boxe et il regarde la boxe quand il arrive chez lui. Quand t’as cette attitude-là, tu ne peux pas ne pas t’améliorer », raconte-t-il, en soulignant aussi le talent, la défensive, la maturité et la polyvalence de son boxeur.

À l’école cubaine

Pour ce combat en particulier, Christopher Guerrero a aussi pu miser sur un camp d’entrainement différent des autres. Pendant un peu plus d’une semaine, il était à Cuba, non pas pour profiter de la plage, mais bien s’entraîner en compagnie de Junior Ulysse et de leur entraineur, Giuseppe Moffa : « C’était super le fun, pendant huit jours, moi et Junior, on a appris beaucoup sur la boxe, mais aussi sur nous-même… C’était vraiment juste une belle expérience », a confié ‘‘Machine Gun’’.

Pour l’entraineur du Centre sportif Ulysse Nation, le discours est le même. À l’entendre parler, même une semaine de vacances n’aurait pu être aussi belle que les huit jours de travail acharné passés à Cuba.

« C’était exceptionnel. Là-bas, la boxe est tellement différente, très technique […]. On a appris, et ça a porté fruit pour Chris. On a fait beaucoup de sparring, on vivait dans la campagne, c’était merveilleux… vraiment merveilleux », complète Giuseppe Moffa.

Un « élève » de la boxe

Traduction libre de l’expression anglaise ‘‘a student of the game’’. Christopher Guerrero n’a encore que 21 ans, avec le temps qu’il passe au gymnase, que ce soit au Canada ou à Cuba, il apprend encore chaque jour à l’entraînement. Hors du gymnase, même une fois sur le ring, avec seulement six combats à son actif chez les professionnels, il dit lui-même encore s’adapter aux rangs payants.

« Je m’habitue encore à l’action, même aux plus petits gants [qu’en boxe amateur], et surtout, je réalise de plus en plus que chaque coup compte », affirme le boxeur qui a appris que l’une des armes les plus redoutables afin d’obtenir des K.-O. est parfois la « patience ».

Voulant continuer d’apprendre, Guerrero espère revenir sur le ring le plus tôt possible, voir le mois prochain si une place se libère sur la carte du 23 mars. À moyen terme, il aimerait se battre au moins quatre autres fois cette année, en concluant cette dernière en passant à des combats d’une durée de six à huit rounds.

La fierté d’un père

C’était de beau de voir Oscar, le père de Christopher Guerrero, jeudi soir. Près de son fils, autant sur le ring qu’en dehors, le sourire aux lèvres, la fierté était palpable autant dans son visage que dans ses paroles.

Cela fait un peu plus de 10 ans qu’Oscar a amené Christopher dans un gym de boxe pour la première fois. Le père natif du Mexique n’a jamais voulu que son fils se batte dans les rues, il voulait simplement qu’il apprenne à se défendre de l’intimidation qu’il vivait à l’école.

Aujourd’hui, cela a porté fruit, car Christopher ne se bat plus dans la cour d’école, mais bien dans un ring de boxe pour gagner sa vie de son noble sport. Oui, le fils a gagné un autre combat, jeudi soir, mais quand on lit les yeux de son père, on constate que c’est aussi à la vie que clan Guerrero a gagné, rien de moins. Vous auriez dû voir cette fierté, elle illuminait tout le Casino.

vous pourriez aimer :

Makhmudov : le Lion revient dans la Jungle

Classement livre-pour-livre des meilleurs boxeurs sans couronne

Qui est le prochain pour Osleys Iglesias?

Butler-Volny : l’enjeu est énorme

April Hunter : qui chasse qui le 6 juin?

Osleys Iglesias : «Je n’ai peur de rien ni personne»

Butler-Volny : 15 experts se prononcent

Mbilli-Derevyanchenko : la carte de rêve de Matt Casavant

Jhon Orobio : le sprinteur marathonien

Steven Butler : «Il ne le voudra jamais plus que moi»

Sergiy Derevyanchenko : le Technicien arrive à Québec

Mbilli-Heffron : les 10 constats de la Conquête

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN