Mobile header

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Noé Cloutier – Wilkens Mathieu, dans son « laboratoire » à l’annexe de l’Underdog Gym de Montréal.

Wilkens Mathieu n’a pas cherché à faire durer le plaisir pour son baptême de feu en boxe professionnelle. En 169 secondes, il a envoyé l’Hongrois Zsolt Birkas au tapis à deux reprises, dont la fois ultime, pour ainsi ressortir de l’arène du Casino de Montréal pratiquement indemne, mais surtout, avec une première victoire en poche, le 2 février dernier.

« C’est un feeling que je ne peux pas décrire. C’est la première fois que je vis une satisfaction aussi élevée après un combat. Même amateur, je gagnais des combats, mais je n’avais pas la même satisfaction » a tenté de décrire le pugiliste de seulement 18 ans, dans les minutes suivant sa performance.

Il y avait clairement un certain buzz autour des débuts professionnels du plus jeune des frères Mathieu. Pour le mince échantillon qu’un premier combat représente, Wilkens s’est assuré de cocher toutes les cases lui étant atteignables.

« De gagner devant mon public, au Casino, pour mes débuts ‘pros’, par K.-O., au 1er round en plus ; tout s’est bien passé. Je suis super content… vraiment heureux », ajoute le talentueux boxeur évoluant chez les 168 livres.

«Un vrai tigre»

Après le gala, le promoteur d’Eye of the Tiger (EOTTM), Camille Estephan, n’avait que de bons mots pour son poulain. Un engouement partagé par l’homme de coin de Wilkens Mathieu, Mike Moffa, le légendaire entraineur-chef du Club de boxe Underdog, à Montréal.

« Mike me racontait qu’il avait hâte d’entrainer un boxeur québécois capable d’atteindre le sommet ; un vrai Tigre. Là, je crois bien qu’il l’a trouvé », a narré Camille Estephan, tout aussi heureux de compter Wilkens Mathieu dans les rangs de son écurie.

Maturité hors norme

Sur le ring, il a boxé comme un vétéran, combinant vitesse, précision et puissance, en hypnotisant son adversaire, jusque-là invaincu (possédant une fiche composée d’un seul match nul), avec des attaques dirigées autant à la tête qu’au corps. Oui, son talent est indéniable, cela n’a pas fini d’être répété et ce n’est même que le début, mais hors du ring, sa maturité à tout autant de quoi impressionner.

« Pour vous donner une idée de son niveau de maturité. Il vit tout seul en appartement à Montréal depuis l’âge de 15 ans, pour la boxe », a ajouté le fondateur d’EOTTM.

Accepter la pression

Cette maturité s’observe aussi facilement lorsque l’on écoute le « vrai tigre » parler. En remportant notamment cinq fois les gants dorés, le boxeur droitier s’est retrouvé avec beaucoup de pression sur les épaules, et ce, dès son plus jeune âge. Cela dit, il s’y est aussi vite adapté.

« Honnêtement, il n’y a pas une façon de dealer avec, la pression, il faut juste que tu l’acceptes, parce que dans la vie si tu veux faire de grandes choses, si tu veux te rendre au top, tu ne pourras pas t’en sauver », affirme-t-il d’un ton posé.

Du côté de son autre patron, Antonin Décarie, la capacité à gérer cette pression n’est que le reflet de la polyvalence du jeune homme derrière le boxeur.

« Déjà sur l’équipe nationale, il a été étiqueté comme LE boxeur à signer. Donc c’est sûr, chez les ‘pros’ la spotlight va être sur lui, c’est un gars qui a du talent, mais c’est aussi un gars intelligent », précise le directeur général d’EOTTM.

«Être sur tous les shows»

À l’époque, avant de mettre la boxe de côté avec l’arrivée de la pandémie, le frère aîné de Wilkens, Lexson avait choisi « la voie rapide ». En passant chez les professionnels à 19 ans, en moins de dix combats, il était déjà dans les classements. Bien qu’il ait décidé de se tourner vers les rangs payants à un âge encore plus hâtif que son grand frère, à 18 ans, Wilkens lui, n’est pas pressé du tout.

« Moi je suis plus dans un processus de développement ; être très actif, boxer sur tous les shows, puis de me faire connaitre à travers le Québec. C’est vraiment de prendre le temps qu’il faut pour me développer, parce que je ne suis pas aussi mature physiquement que mon frère l’était à mon âge », conclut Wilkens Mathieu, à peine majeur, mais possédant déjà la sagesse d’un roi mage.

Bref, chaque chose en son temps, mais pour ce qui est d’être très actif, voilà un souhait qui n’a pas mis de temps à se réaliser. À la toute fin de la soirée, Camille Estephan a confirmé que son plus jeune tigre, mais sage guerrier serait de retour sur le ring du Casino de Montréal dès le 23 mars prochain.

vous pourriez aimer :

Makhmudov : le Lion revient dans la Jungle

Classement livre-pour-livre des meilleurs boxeurs sans couronne

Qui est le prochain pour Osleys Iglesias?

Butler-Volny : l’enjeu est énorme

April Hunter : qui chasse qui le 6 juin?

Osleys Iglesias : «Je n’ai peur de rien ni personne»

Butler-Volny : 15 experts se prononcent

Mbilli-Derevyanchenko : la carte de rêve de Matt Casavant

Jhon Orobio : le sprinteur marathonien

Steven Butler : «Il ne le voudra jamais plus que moi»

Sergiy Derevyanchenko : le Technicien arrive à Québec

Mbilli-Heffron : les 10 constats de la Conquête

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN