Mobile header

Revoilà Artur

Laurent Poulin - Boxingtown Québec

Photo : Vincent Ethier – Artur Ziyatdinov ne boxe peut-être plus pour une bannière montréalaise, mais il s’entraîne toujours dans la métropole québécoise en compagnie de Jessy Ross Thompson.

J’étais déçu comme un enfant à qui on retire ses cadeaux en dessous de l’arbre quand j’ai appris que Charles Foster s’était blessé à l’entraînement. Le gaucher du Connecticut est #6 à la WBA et détient une superbe fiche 22-1. Je salivais déjà à l’idée de le voir face à Albert Ramirez. Déception de courte durée, son remplaçant est l’ancien tigre d’EOTTM, Artur Ziyatdinov (15-1, 12 K-O.).

Ma première rencontre avec Ziyatdinov

Nous sommes au musée Pointe-à-Callière où une grande annonce a lieu, David Lemieux fera face à son ennemi juré Curtis Stevens. Je suis dans le fond à observer Anna Reva, femme magnifique et surdouée quand vient le temps de dénicher du talent en boxe. Son nouveau projet : Artur Ziyatdinov, 21 ans, qu’on annonce comme notre prochain poids lourd, même s’il est petit à 6 pieds 2 pouces.

Anecdote

Lors de son premier combat, la sécurité a mal lu son courriel pour ouvrir la salle au public, résultat : il a assommé en 76 secondes Csaba Schrammel devant moi et Manny Montréal, attentifs à ce jeune prodige.

Артур Акбарович Зиятдинов (son vrai nom) s’est monté une fiche à la même vitesse qu’il changeait d’entraîneur jusqu’à perdre face à un vétéran qui a bénéficié d’une décision locale en Russie, Gasan Gasanov. Artur a été victime de la COVID dans l’autre sens du mot. Il n’a pas pu revenir à temps au Canada et a dû boxer en Russie.

J’ai pris le temps de m’asseoir avec Artur Ziyatdinov, voici ce qu’il avait à dire.

« Je suis né et ai vécu jusqu’à l’âge de 12 ans à Tachkent, en Ouzbékistan. À l’âge de 12 ans, j’ai déménagé en Crimée en raison de mon appartenance ethnique, les Tatars de Crimée. Mes ancêtres sont les habitants autochtones de la péninsule de Crimée. En 1944, Staline a déporté mon peuple de sa terre natale, donc, comme beaucoup d’autres, je suis né dans un autre pays », a-t-il raconté.

« J’ai commencé la boxe en 2010 en Crimée sous la direction de mon premier entraîneur, Sergey Lapin, qui a aussi formé Oleksandr Usyk. J’ai atterri pour la première fois à Montréal en décembre 2016, sur invitation de mon ancienne manager, Anna Reva. J’ai fait mes douze premiers combats avec EOTTM. J’ai été entraîné par de nombreux entraîneurs renommés, notamment Marc Ramsay, avec qui j’ai travaillé pendant un an, et Stéphan Larouche. Aujourd’hui, je travaille avec un jeune et talentueux entraîneur, Jesse Ross Thompson. J’ai été le principal partenaire d’entraînement d’Artur Beterbiev et j’ai passé tout son camp d’entraînement avec lui, du début à la fin. Ensuite, j’ai continué à me préparer pour Ramirez… », a poursuivi le talentueux droitier.

« Artur est un boxeur technique avec une force de frappe respectable, il est devant son plus grand défi en carrière en Albert Ramirez, j’attends un combat très technique, il a pris le combat sans même hésiter, c’est un signe qu’il sera fin prêt », nous a lancé l’expert Samuel Décarie-Drolet.

Et son adversaire, Albert Ramirez?

« Je sais qu’il vient du Venezuela et qu’il a obtenu de bons résultats en boxe amateur. Il travaille également avec EOTTM depuis l’année dernière. Je me sens bien. Je crois que ce soir sera une étape importante dans ma carrière. Tout est comme il se doit. Je ferai mon travail et continuerai à conquérir le monde de la boxe », a affirmé Artur.

Ziyatdinov a pu revenir au Canada en signant avec Three Lions Promotions et Lou DiBella, se partageant ainsi la tâche de le promouvoir.

L’histoire derrière le combat

J’adore quand je peux raconter une histoire dans un combat. Je crois que chaque duel a son intrigue, sa nécessité. Ici, c’est magique. L’ancien boxeur de 27 ans qui vient de passer un camp d’entraînement complet avec Artur Beterbiev obtient sa chance de choquer le monde contre un boxeur classé et surtout signé avec son ancienne promotion. Remporter une victoire aurait un sens particulier ici.

Prédiction :

Je m’attends à un combat serré en première moitié, Ziyatdinov a de longs bras, peut boxer autant gaucher que droitier. Albert Ramirez a beaucoup d’expérience comme boxeur, il a tout vu chez les amateurs. Je m’attends à ce qu’il soit un peu timide en début de combat, impressionné par le Canada.

Albert Ramirez 97-93 sur les trois cartes des juges.

vous pourriez aimer :

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN