Mobile header

Wilkens Mathieu: difficile à comparer, encore plus à prédire

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo: Vincent Ethier – Wilkens Mathieu (9-0, 6 K.-O.) sera de retour devant les siens, le 17 août prochain, au Centre Vidéotron. C’est l’Argentin au menton d’acier, Facundo Galovar (15-11-2, 9 K.-O.), qui sera en face de lui sur le ring de Québec.

J’ai été surpris de voir qu’on amenait Facundo Galovar à Québec pour affronter Wilkens Mathieu. Après tout, l’Argentin vient tout juste de compléter 8 rounds avec Mehmet Unal et 10 autres avec Albert Ramirez.

Ce combat nous dit qu’on a confiance en Mathieu, mais sa durée de 6 rounds nous rappelle qu’on veut continuer de respecter le processus avec l’athlète de 19 ans.

Et puis, comme il a affronté deux aspirants mondiaux, le public pourra comparer leurs performances. Ça tombe bien, car le parcours de Wilkens Mathieu n’est pas simple à comparer.

Un brillant futur ne le rend pas prévisible pour autant.

Chez Eye of the Tiger

Wilkens Mathieu aura 19 ans et 7 mois lorsqu’il foulera le ring du Centre Vidéotron, pour son 10e combat en carrière, le 17 août prochain. Comparons d’abord avec 5 autres tigres ayant débuté sous les 20 ans.

Jhon Orobio: c’est actuellement le 2e plus jeune combattant actif et pour vous donner une idée, il professionnellement débuté à 19 ans et 9 mois, en mars 2023. Notez toutefois que, plus on descend de catégories de poids, généralement, moins le développement physique est important.

Steven Butler: à âge égal, il est le seul de cette liste à avoir plus d’expérience que Mathieu. Le Montréalais, qui se battait alors sous la barre des 154 livres, avait un combat de plus, fort d’une fiche de 11-0, 9 K.-O. Éventuellement, il vivra son premier championnat mondial à son 31e combat, une fois les 160 lb, à 24 ans.

David Lemieux: personne n’oubliera son ascension foudroyante chez les professionnels. Débutant sa carrière avec une fiche de 25 victoires et 24 K.-O., sa puissance légendaire avait même forcé la main de son équipe à lui faire sauter quelques étapes. Au final, l’objectif ultime sera atteint et accompli à 26 ans et après 35 combats, face à Hassan N’Dam.

Erik Bazinyan: toujours invaincu en 33 combats, il attend également encore sa chance à 29 ans. Sans vouloir jeter le blâme sur les autres, ce n’est pas un secret que les 5 premières années de son développement ont été en dents de scie. Il semble toutefois plus près que jamais d’au moins obtenir un combat majeur.

Lexson Mathieu: il y a une comparaison naturelle avec son grand frère Lexson. Dès ses débuts professionnels, à 19 ans, il était très mature physiquement et a tout de suite opté pour la voie rapide, le temps d’une ballade éclair et mémorable en boxe professionnelle. Une voie tout autre que celle de Wilkens.

«On va prendre notre temps», disait Camille Estephan à Shawinigan.

Les trouvailles BoxRec

En quête d’une comparaison internationale, j’ai fait appel à BoxRec pour voir où en était Wilkens Mathieu vis-à-vis les boxeurs de son âge et de sa catégorie de poids.

Simple constat: il n’y en a pas beaucoup.

La fierté de Québec est actuellement classée 103e sur 1 507 chez les 168 lb, la division la plus relevée du noble art selon plusieurs. Dans le «top 103», il n’y a qu’un seul autre boxeur de moins de 20 ans, soit le Colombien de 19 ans (impossible de trouver sa date de naissance) Juan Navares, classé 75e grâce à un bilan parfait de 8-0, tous par K.-O.

D’ailleurs, il faut ensuite descendre au 202e rang pour en trouver un autre, soit Arturo Santacruz Cristosto, un athlète de 18 ans, en provenance de Guadalajara, qui affiche un mince dossier parfait de 1-0, 1 K.-O.

Niveau développement, c’est aussi intéressant, car Mathieu a atteint le 103e en ayant uniquement combattu dans des duels prévus pour 4 et 6 rounds. À ce chapitre, encore une fois, un seul boxeur le devance, soit l’Américain Tipton Walker (9-0-1, 6 K.-O.), au 96e rang, qui attend toujours un premier duel de 8 rounds à 27 ans.

L’âge du championnat

Maintenant, supposons encore que Wilkens Mathieu, qui navigue entre 164 et 173 livres depuis le début de sa carrière, décide de rester à 168 livres pour sa première percée mondiale. À quel âge pourrait-on aspirer à le voir se battre pour un titre?

Le cas extrême: ce ne sera certainement pas la cible, mais sachez que le plus jeune champion super-moyen de l’histoire est le ‘Monstre Mexicain’, David Benavidez, qui l’a fait à 20 ans et 9 mois en 2017. Il a également tourné professionnel à 16 ans.

Page d’histoire: l’ancien détenteur de record était l’Américain Darrin ‘Schoolboy’ Van Horn qui, après être passé pro’ à 15 ans, a remporté le titre IBF à 22 ans et 11 mois en 1991. Moins de 3 ans après, il prenait sa retraite à 25 ans pour finir ses études.

Champions d’ici: Lucian Bute avait 27 à son triomphe du titre IBF et Dave Hilton en avait 37 lorsqu’il a soulevé le titre WBC. Si l’on considère l’IBO comme un titre majeur, Osleys Iglesias avait 24 ans lorsqu’il a remporté le titre.

Fait amusant: en parlant d’Iglesias, Wilkens Mathieu est considéré comme l’aspirant #59 à sa ceinture (ils classent jusqu’à 100 à l’aide d’un algorithme un peu similaire à BoxRec). Il dépasse notamment deux ex-champions, Tyron Zeuge (65e) et Giovanni De Carolis (74e), le tout jeune Juan Navares (89e) et même un certain Mark Heffron (97e).

Prédiction: comme je me sentirais mal de vous avoir fait lire tout ça juste pour finir avec un «patience, les amis», je me risque. Wilkens Mathieu sera en championnat mondial dans moins de 5 ans, en février 2029. À 24 ans, trois jours après la Saint-Valentin, il remportera le titre IBF des 168 lb, tout juste laissé vacant par Osleys Iglesias parti conquérir la division des 175 lb.

vous pourriez aimer :

Lizbeth Crespo: l’élite bolivienne s’invite à Québec

Guido Vianello: «Makhmudov sera un combat facile»

Leïla Beaudoin prête à accomplir une deuxième quête

L’International PG: Divorce nuageux entre Shakur Stevenson et Top Rank

L’ascension incroyable de Bam Rodriguez

Édition Spéciale: Classement livre pour livre de boxe cubaine

L’International PG: Claggett persiste dans une victoire de Lopez

Abdullah Mason

Abdullah Mason: Cleveland peut enfin célébrer

Ryan Garcia et Devin Haney

L’International PG: Garcia suspendu, Haney ‘invaincu’

Steve Claggett

Steve Claggett: croyez-vous aux Dragons?

Teofimo Lopez promet de ne pas sous-estimer Claggett

L’International PG: que fera David Benavidez?

Makhmudov : le Lion revient dans la Jungle

Classement livre-pour-livre des meilleurs boxeurs sans couronne

Qui est le prochain pour Osleys Iglesias?

Butler-Volny : l’enjeu est énorme

April Hunter : qui chasse qui le 6 juin?

Osleys Iglesias : «Je n’ai peur de rien ni personne»

Butler-Volny : 15 experts se prononcent

Mbilli-Derevyanchenko : la carte de rêve de Matt Casavant

Jhon Orobio : le sprinteur marathonien

Steven Butler : «Il ne le voudra jamais plus que moi»

Sergiy Derevyanchenko : le Technicien arrive à Québec

Mbilli-Heffron : les 10 constats de la Conquête

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN