Mobile header

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Laurent Poulin - Boxingtown Québec

Abril Vidal, surnommée Tina, ne s’attendait probablement pas à recevoir un appel pour se battre en championnat du monde, avec seulement une victoire en 5 ans contre une adversaire qui n’a toujours pas connu la victoire en 9 combats. Mais, elle ne s’en plaindra pas et ne sort pas de nulle part non plus, elle qui, tout comme Vanessa Lepage-Joanisse, en sera à sa deuxième chance en championnat du monde.

D’ailleurs, à sa défense, son inactivité de 2020-2021 s’explique très bien. La pandémie est arrivée, mais également – et surtout – son premier enfant aussi. Bref…

Vidal vient de Centenario, en Argentine, une ville dont l’économie provient de la culture des fruits. Notre Argentine, avec un palmarès de (10-1, 4 KOs), possède 60 rounds d’expérience en boxe professionnelle. Soyons honnêtes, elle méritait un meilleur sort lors de son combat de championnat du monde face à Hanna Gabriels en 2019. Les juges et arbitres venaient tous du Panama pour assurer une certaine justice, mais celle-ci n’a pas triomphé ce soir-là.

Sur le papier, Vanessa Lepage-Joanisse est la grande favorite. Mais la boxe collectionne les surprises. Lors d’un combat de championnat du monde, on peut penser que Vidal et son équipe arriveront dans les meilleures dispositions, ayant pu s’entraîner avec des partenaires de haut niveau, facilement disponibles en Argentine.

Réparer l’injustice 

« Je suis prête! J’attends juste que le jour arrive. C’est une nouvelle opportunité que Dieu m’a donnée et je ne vais pas la gâcher. En 2019, je me suis battue contre Hanna Gabriels pour un titre mondial et le combat m’a été volé. Maintenant, je vais tout tenter pour réaliser mon rêve d’être championne du monde », déclare ‘La Tina’ Vidal.

J’adore assister à des combats de championnat du monde. Je me rappelle encore, comme si c’était ce matin, les ballons et confettis qui tombaient du ciel quand Davey Hilton a battu Dingaan Thobela. J’étais assis aux côtés de Abe Pervin quand David Lemieux est venu à bout de Hassan N’Dam, et je suis encore impressionné que mon ami Nicolas Lespérance ait pensé à mettre du champagne au frais pour célébrer la victoire d’Adonis Stevenson. Un championnat du monde, c’est l’histoire sous nos yeux, le début d’un règne. Jeudi, c’est le Casino… plus tard, le centre Slush Puppie et ses 4500 places. Ce sera grandiose, j’ai déjà commencé à apprendre l’anglais pour me présenter à Gatineau.

« Vidal est une droitière avec de la force de frappe, qui a surtout boxé à 154 livres, où elle a connu ses plus grands succès. Elle vient d’une famille de boxeurs (Fabio Vidal, son père et coach, et Javier Vidal, son frère). Sa réputation n’est pas d’être la plus rapide, mais utilise habituellement bien sa portée, a une défense décente et sait boxer en combinaisons. Elle est capable de se bagarrer, mais elle a aussi une bonne adaptabilité pour boxer contre son adversaire. Son style devrait bien correspondre à celui de Vanessa », nous explique Marie-Eve Albert, du podcast 120 secondes.

Ma critique 

Le seul petit bémol que j’ai, car je dois chialer, j’en ai fait une carrière avec la boxe. Ce combat aurait dû être une grande finale, c’est un championnat du monde… Imaginez si 2 hommes se battaient pour le titre WBC des lourds, je n’ai pas l’impression qu’il y aurait 2 combats pour conclure la soirée après.

Le message est puissant derrière VLJ : gros accident de voiture, dépression, poids monté à 320 livres. Puis un matin, pas trop fière de ce qu’elle voit dans le miroir, c’est un virage à 180 degrés qui nous mène à ce combat de championnat du monde. Son histoire ferait un excellent film, j’en parle à Denis Villeneuve.

Pour le reste, allez consulter le documentaire sur Vanessa Lepage-Joanisse, lisez les articles sur sa vie qui n’est pas banale, et abonnez-vous à Punching Grace pour ne rien manquer ce jeudi soir.

vous pourriez aimer :

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN