Mobile header

Sergiy Derevyanchenko : le Technicien arrive à Québec

Laurent Poulin - Boxingtown Québec

Photo : Amanda Wescott – L’Ukrainien à l’oeuvre face à un des grands, dans un combat où plus d’un l’avait vainqueur…

Qui est le meilleur boxeur à ne jamais encore avoir détenu une ceinture?

Sergiy Derevyanchenko.

Quel est le meilleur boxeur de l’histoire avec une fiche de 15-5?

Sergiy Derevyanchenko.

Qui a perdu contre Daniel Jacobs, Gennady Golovkin, Jermall Charlo, Carlos Adames et Jaime Munguia, mais aurait pu être déclaré victorieux dans 4 des 5 combats?

Sergiy Derevyanchenko.

Qui s’en vient affronter Christian Mbilli à Québec le 17 août prochain?

C’est Sergiy Derevyanchenko, le «Technicien».

Nous y voilà

Je me doutais que c’était une question de temps avant qu’EOTTM nous annonce un grand combat international pour Christian Mbilli. Le début de son contrat avec Top Rank, la présence d’ESPN et le fait que Camille Estephan n’est pas du genre à regarder le train passer sans embarquer dans le wagon de tête.

Même si c’était le choix logique, j’avais tendance à exclure l’Ukrainien du mix, il a gagné 400 000$US face à Jaime Munguia. Un montant qui fait peur en fonction des assurances actuelles au Québec.

Ça nous amène à ce magnifique duel entre les 2 meilleurs boxeurs à ne pas détenir un titre chez les poids super-moyens.

Qui est Derevyanchenko?

Accrochez-vous, il en a fait des combats dans sa longue carrière. Fiche de 390-20 en boxe olympique, 23-1 en séries mondiales de boxe, 15-5 en boxe professionnelle.

Surnommé le « Technicien » dû à son côté perfectionniste à l’entraînement, il ne commet pas ou rarement d’erreurs dans un combat sans pour autant être spectaculaire et y aller chaque fois pour le combat de l’année.

Anecdote : il était du camp d’entraînement de David Lemieux pour le préparer face à Gennady Golovkin, après s’être pris un terrible crochet au jour 1, il n’a plus jamais été atteint solidement par Lemieux.

Sergiy est entraîné par Andre Rozier, un des meilleurs entraîneurs au monde, un homme reconnu pour ses plans de match qui comportent plusieurs scénarios, il a toujours le bon mot entre les rounds pour créer des moments pivots dans un combat.

Je salive déjà au duel entre Marc Ramsay et Andre Rozier avant, pendant et après le combat.

Ses forces

C’est un tout petit 168 livres et il est âgé de 38 ans… mais quand le combat commence il est votre pire cauchemar. Jaime Munguia a vécu un enfer face à l’Ukrainien, 7 amateurs sur 10 avaient Sergiy gagnant. Son coup préféré est le crochet de la main avant.

Les boxeurs qui ont connu du succès face à Christian Mbilli y sont arrivés en le gardant occupé défensivement. Mohammedi avant de se faire envoyer en Europe d’une seule claque avait le bon plan de match. Il lançait des 2 mains sans trop de puissance, mais forçait Mbilli à se protéger et à penser à sa défensive.

Son pire défaut

Il a cette tendance à ne pas être focus au round no 1. Jacobs et Golovkin l’ont envoyé sur le derrière en commençant le combat et, au final, c’est cette chute qui leur a permis de se sauver avec une victoire.

Combat crucial

Christian Mbilli n’a pas le droit de perdre contre Sergiy Derevyanchenko. Je le sais… C’est un cliché vieux comme le monde, mais c’est la vérité. La division des 168 est en mouvement et pour y participer, il faut gagner.

Saul Alvarez va abandonner de son titre IBF. William Scull, l’aspirant no 1 cherche un adversaire pour combattre pour le titre et attendez-vous à ce que le gagnant de Mbilli-Derevyanchenko soit l’aspirant obligatoire et la première défense du titre.

La WBC n’a plus de champion intérimaire avec le départ de David Benavidez chez les 175 livres.

La WBA n’a pas statué, mais son champion régulier est aussi rendu à 175, tanné d’attendre après le rouquin qui bloque la division. L’aspirant no 1, Edgar Berlanga est, tout comme Sergiy, représenté par Keith Connolly, le meilleur gérant de la business en ce moment. Et puis, EOTTM contrôle les rangs no 2 (Mbilli) et no 3 (Bazinyan).

Conclusion

Je me donne le droit d’utiliser les clichés du monde de la boxe à répétitions dans mes textes. Ici, je qualifierais le combat de Christian Mbilli et Sergiy Derevyanchenko comme un duel 50/50 où lancer une pièce de monnaie dans les airs vaut n’importe quelle prédiction d’experts.

Comme je dois me mouiller :

114-113 pour Christian Mbilli, je prédis aussi que le combat sera sur 12 rounds plutôt que les 10 annoncés par Top Rank.

vous pourriez aimer :

Makhmudov : le Lion revient dans la Jungle

Classement livre-pour-livre des meilleurs boxeurs sans couronne

Qui est le prochain pour Osleys Iglesias?

Butler-Volny : l’enjeu est énorme

April Hunter : qui chasse qui le 6 juin?

Osleys Iglesias : «Je n’ai peur de rien ni personne»

Butler-Volny : 15 experts se prononcent

Mbilli-Derevyanchenko : la carte de rêve de Matt Casavant

Jhon Orobio : le sprinteur marathonien

Steven Butler : «Il ne le voudra jamais plus que moi»

Mbilli-Heffron : les 10 constats de la Conquête

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN