Mobile header

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Noé Cloutier - Punching Grace

Photo : Vincent Ethier – Pour la première fois de sa carrière professionnelle, Thomas Chabot (9-0, 7 K.-O.) ne sera pas guidé par Vincent Auclair ou Jessy Ross Thompson, mais bien par Laszlo Marien.

C’est fou comme le monde de la boxe évolue vite. Il y a peine plus d’un mois, Thomas Chabot nous disait à quel point il avait hâte de remonter dans le ring, le 7 mars, pour montrer au monde entier les ajustements qu’il avait faits avec son entraîneur Jessy Ross Thompson. Mars venu, ‘The Ghost’ vise maintenant un retour le 11 avril, et ce, avec Laszlo Marien dans son coin.

« Ce qui s’est passé, c’est que je devais aller rejoindre Jessy en Floride pour mon camp du 7 mars. Finalement, il m’a annoncé qu’il avait eu son visa pour coacher là à temps plein, mais pour moi, ce n’était juste pas réaliste de descendre là chaque camp », explique la fierté de Thetford Mines.

TMZ sera déçu, mais c’est donc un divorce à l’amiable, sans potins dramatiques. N’empêche que Chabot dut réagir rapidement, se retrouvant entraîneur avec un combat – jusque là – à l’horaire le mois suivant. C’est là que le directeur du développement d’Eye of the Tiger entra en scène.

« Je suis allé rencontrer Marc Ramsay à son gym et il m’a fait une liste de coachs potentiels avec qui il me voyait travaillé », raconte celui dont le choix s’arrêta finalement sur Marien, actuel homme de coin d’Alexis Barrière.

Le match parfait

Parmi les raisons expliquant sa décision, il y a le dépaysement, car Chabot n’était pas familier avec l’entraîneur québécois, ce qui a piqué sa curiosité. En contrepartie, la familiarité, car la Fighter’s Pride Académie de Marien se situe à Saint-Jean-sur-Richelieu, là où la mère de l’espoir super-plume réside.

Enfin, après test, le style de l’homme de coin est venu boucler la boucle.

« C’est un gars qui est simple, qui ne réinvente pas la boxe », raconte celui qui cherchait justement à revenir à la base, après quelques combats plus complexes.

« Il a beaucoup d’expérience dans le sport, mais également dans l’alimentation et la préparation physique, ce qui me parlait beaucoup […]. Il apporte aussi une bonne humeur que je n’avais pas vue depuis longtemps au gym. »

Troisième prise

Pour la première page de ce nouveau chapitre, le québécois en sera à son premier combat en plus de 10 mois. Comme il le mentionnait le mois dernier, la guérison et le repos lui ont fait du bien, mais maintenant « il est temps ».

En fait, il était temps depuis déjà un moment.

Il devait revenir en février dernier, à Victoriaville, mais le gala fut déplacé et repoussé à Montréal, le 7 mars. À quelques jours du combat et en vertu d’une nouvelle loi fédérale, son adversaire mexicain, Jose Bernal, fut toutefois inapte à entrer au pays et donc, le tout tomba à l’eau. Ce qui nous amène au 11 avril, où on tente maintenant d’opposer Chabot Alfredo ‘Duro’ Espino (5-1-1, 2 K.-O.), le Mexicain qui avait causé la surprise à face à Jean Gardy François à sa dernière visite au Canada.

Nouvel adversaire, surtout nouvel entraîneur, mais encore nouvelle date à l’agenda, Thomas Chabot repart à neuf en 2024, souhaitant seulement que la 3e fois soit la bonne et que cette bonne fois résulte d’un 10e gain en carrière.

À lire également :

Chabot 2024 : «Plus intelligent, toujours spectaculaire»

Homme de coin, parti IV : L’ascension de Jessy Ross Thompson

vous pourriez aimer :

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN