Mobile header

Appréciez Canelo et Inoue tant que vous le pouvez

Corey Erdman - Boxingscene

Photo : Cris Esqueda/Golden Boy Promotions | Canelo Alvarez (61-2-2, 39 K.-O.) était tout simplement trop fort pour Jaime Munguia (43-1, 34 K.-O.) samedi dernier.

Il est facile de prendre pour acquis le week-end dernier de Cinco De Mayo en tant que fans de boxe. Depuis plus d’une décennie, sur nos calendriers, on voit que Canelo Alvarez combattra ce week-end, et ce, toujours dans un événement important. Naoya Inoue est également l’un des combattants d’élite les plus actifs du sport depuis un certain temps, donc son combat de lundi matin (heure de l’Est) n’a surpris personne.

Mais dans quelques années, lorsque nous repenserons à l’époque actuelle, Alvarez et Inoue se démarqueront comme deux des meilleurs de leur temps. Pouvoir les regarder tous les deux se battre en moins de trois jours dans des combats majeurs devant d’immense foule est un privilège que nous devrions apprécier tant que nous l’avons…

Il y a ce cliché selon lequel la comparaison est la voleuse de joie, mais elle mérite d’être utilisée assez souvent dans le sport de la boxe, car aucun sport n’aime davantage piller le bonheur aux amateur que le noble art. À la suite des victoires d’Alvarez et d’Inoue, de nombreuses discussions ont vu le jour, certaines lancées par le commentateur d’ESPN Timothy Bradley qui parlait de Sugar Ray Robinson et d’autres grands lors du gala d’Inoue.

La nature du discours sportif s’est transformée au cours des vingt dernières années, changée à jamais par l’ère «pro-débat» d’ESPN. L’un des débats incontournables qui ne manquera pas de créer des audiences et des clics a toujours été « est-ce que (insérer l’athlète actuel) est supérieur à (insérer l’athlète légendaire », opposant intentionnellement les générations les unes aux autres. Allumez n’importe quelle chaîne sportive assez longtemps, et quelqu’un se demandera si LeBron James est meilleur que Michael Jordan ou si Wayne Gretzky pourrait marquer 50 buts dans la LNH d’aujourd’hui.

Ces types de débats sont des tactiques géniales à la télévision et dans les chroniques, car peu importe la quantité de preuves empiriques ou statistiques disponibles, il ne peut y avoir de réponse définitive, seulement des sentiments et des opinions. Les deux côtés peuvent toujours avoir le sentiment d’avoir raison.

Dans le cas de Bradey, de ce que j’ai compris, il ne semblait même pas comparer Inoue à Robinson ou à tout autre grand de l’époque. Il soulignait plutôt ce qui était objectivement vrai : Inoue, avec Canelo et Terence Crawford, seront probablement les trois premiers noms que nous mentionnerons de cette période lorsque nous parlerons des plus grands combattants de cette époque. Naturellement, lorsque ces discussions commencent, elles aboutissent inévitablement à «(le combattant actuel) ne pouvait pas battre (le combattant à la retraite)» ou «les combattants d’aujourd’hui ne pouvaient pas tenir le coup (insérer l’ère précédente)».

C’est donc l’idée selon laquelle ce que vous regardez aujourd’hui est moins bon que ce qui se faisait à l’époque.

Je suis ici pour vous dire que c’est faux.

Premièrement, il y a une évidence : les athlètes de tous les domaines se sont améliorés physiquement au fil des ans et que dans chaque vocation, les générations se transmettent des techniques pour qu’ils puissent s’améliorer, ce qui en fait une conclusion logique selon laquelle les combattants d’aujourd’hui sont au moins les meilleurs athlètes que nous ayons. que j’ai déjà vu sur un ring. Mais deuxièmement, pourquoi laisser la question de savoir si Inoue aurait pu battre Wilfredo Gomez ou si Canelo aurait battu Archie Moore nous priver du plaisir de regarder leur talent en temps réel? Les athlètes ne peuvent raisonnablement être comparés qu’à leurs contemporains réels, et même dans ce cas, en boxe avec des catégories de poids en jeu, les comparaisons peuvent devenir confuses. Mais même dans ce cas, des combattants comme Canelo et Inoue sont incontestablement spéciaux.

Canelo a vaincu un autre super-moyen légitime du Top 5 samedi, à Jaime Munguia. Munguia était peut-être largement négligé à l’approche du combat, mais cela témoigne de l’écart entre Canelo et d’un homme qui serait pourtant  favorisé contre 99 % de la division de 168 livres sur la planète…

Même si Canelo a peut-être décliné un brin par rapport à la version 2018 de lui-même, cette version de lui reste fort agréable à regarder, en partie à cause de la façon dont il a adapté son style. Grâce à ses années d’expérience sur le ring, Canelo a créé un style qui, à son âge et à sa nouvelle taille de 168 livres, peut être reproductible combat après combat, contre presque n’importe qui. Cela ne lui sert plus d’être un combattant sous pression, ses jambes pourraient ne pas résister aux rigueurs d’un génie défensif pop-and-mov, et il ne serait probablement pas sage d’échanger coup pour coup dans une catégorie de poids dans laquelle il est relativement sous-dimensionné. Il a donc mélangé des éléments de toutes ces approches, créant une défense hermétique qu’il peut établir à mi-distance et lancer judicieusement presque exclusivement des tirs puissants.

Les fans d’un certain âge ont pu littéralement grandir avec Canelo en le regardant à la télévision en le voyant évoluer avec l’âge. Regarder Inoue est une expérience différente. Bien qu’il ait 31 ans, il n’y a eu aucun déclin notable de ses compétences ou de ses qualités athlétiques. Il fait plutôt partie des rares combattants à ne pas avoir à négocier entre vitesse, puissance et précision lorsqu’il lance un coup de poing. Lorsqu’il lâche un coup de poing, il peut être sûr qu’il est rapide, puissant et qu’il atteindra probablement sa cible.

Inoue a fait face à une certaine adversité contre Luis Nery, se faisant envoyer au premier round. Cependant, la chute n’a semblé n’avoir fait que réveiller le Monstre. Peut-être alimenté par l’attitude arrogante de Nery tout au long de la préparation du combat, ou par les 55 000 fans présents au Tokyo Dome, Inoue a montré une mauvaise séquence méchante, mais également une confiance hors-norme jamais vue de lui auparavant. Il souriait à Nery, il se moquait, il faisait du showboating, il affichait généralement l’embarras de la richesse qui est son arsenal offensif. Il s’est battu comme un combattant qui savait qu’un K.-O. allait arriver, ce qui, encore une fois, est un exploit étonnant d’être si certain – et finalement correct – de sa supériorité face au  combattant n°3 de la division (d’autant plus quand vous lui lancez des bolo punchs deux rounds après qu’il vous ait envoyer au plancher).

Inoue a toujours été le monstre, mais maintenant il se comporte aussi comme tel.

Mon conseil aux fans de boxe est le suivant : n’arrêtez jamais de regarder et d’étudier les anciens combats et combattants. Il y a littéralement plus de séquences et d’écrits à consommer qu’il ne vous reste de temps dans votre vie, et il y a beaucoup de joies à découvrir et beaucoup à apprendre en remontant le temps. Mais ne laissez pas les gens vous convaincre que ce que vous regardez aujourd’hui n’est pas génial non plus. Un jour, nous regarderons Canelo, Inoue et d’autres comme nous regardons déjà avec tendresse les combattants des années 90 que les écrivains ont également rejetés en les comparant aux combattants d’antan.

Pourquoi attendre pour les apprécier quand vous pouvez le faire maintenant? L’une des beautés du sport est de pouvoir apprécier la grandeur et le talent en temps réel. Pourquoi s’en priver?

Comme l’a dit un jour un autre homme célèbre et opposé au débat, J. Cole : « Vous ne serez jamais heureux tant que vous n’aimerez pas les vôtres. »

vous pourriez aimer :

Simon Kean mérite de vrais remerciements

L’International PG : Oleksandr Usyk est une légende vivante

Le prospect du mois de mai : Moses Itauma

Christopher Guerrero promet d’être «lui-même» à Shawinigan

Albert Ramirez en 4 questions : «nous capitaliserons le 25 mai»

L’International PG : Loma au sommet, Charlo au fond

La deuxième chance d’Adam Deines

Avery Martin Duval : le prochain antihéros?

Plus qu’une simple victoire pour Thomas Chabot

Bazinyan-Phinn et l’art de «promoter»

«On en redemande» : 10 combats locaux à faire

La nouvelle vie de Mehmet Unal

Christian Mbilli à la reconquête des plaines?

Mark Heffron: «je veux battre le meilleur Mbilli»

Erik Bazinyan et le nouveau Super 6

Lani Daniels aimerait unifier avec Lepage-Joanisse

Erik Bazinyan : meilleur qu’on le pense?

Shakeel Phinn : Le camion-remorque jamaïcain

Homme de coin, partie V : l’école de la vie de Stéphane Joanisse

Les géants de Riyad se retrouvent à Shawinigan

Mark Heffron : un cogneur britannique face à Mbilli

Nouvel entraîneur pour Thomas Chabot

Homme de coin, partie IV : l’ascension de Jessy Ross Thompson

Jamais 2 sans 3 pour devenir champion du monde

Qui sera la prochaine adversaire de Vany?

À 154 livres : la vie après Jermell Charlo

Matchmaking : l’art de créer la tempête parfaite

Résumé du 7 mars : les cogneurs et la championne

Cette fois c’est vrai

Butler-Rolls : Lou DiBella aura-t-il sa revanche?

Prédictions : Butler-Rolls divise les experts

Abril Vidal : plus qu’une adversaire

Homme de coin, partie III : Samuel Décarie-Drolet, l’enseignant de boxe

Les super-moyens

2024 : l’année du Dragon?

Homme de coin, partie II : la méthode « Mike Moffa »

Shakeel Phinn : maintenant ou jamais

Steven Butler : jusqu’au bout du rêve

Éditorial : Arthur Biyarslanov est le meilleur 140 livres au pays

Bazinyan vs. Phinn : combat local, enjeu mondial

Homme de coin, partie I : les 12 travaux de Marc Ramsay

Éditorial : 168 raisons de sourire

Shamil Khataev rejoint son frère avec tigres

Chabot 2024 : « plus intelligent, toujours spectaculaire »

Luis Santana, invaincu en 10 combats.

Luis Santana en quête de momentum

Bazinyan-Godoy : quoi se rappeler du 25 janvier?

Sept ans plus tard : Vany compte saisir sa deuxième chance

Le Grizzly accroche ses gants

Revoilà Artur

Bazinyan-Godoy : analyses et prédictions du 25 janvier

Retour vers le futur pour Avery Martin-Duval

Orobio-Fendero : la fratrie internationale

Mary Spencer : « Perdre me motive plus que gagner »

Wilkens Mathieu vise une année « Mike Tyson »

Beterbiev vs. Smith : les 13 prédictions du 13 janvier

Callum Smith : le connaissez-vous vraiment?

Rohan Murdock : « Vous avez choisi le mauvais gars »

Wilkens Mathieu : l’année recrue en cinq temps

Les pétards en 2023, l’explosion en 2024

L’éternelle quête d’Artur Beterbiev

Le dernier Tigre : à la rencontre d’Osleys Iglesias

Steve Claggett : des huées aux ovations

Christian Mbilli : le Canadien de classe mondiale

Fendero et Khataev : des recrues uniques en leur genre

Bazinyan et Mbilli : Deux tigres, un seul objectif

Mbilli-Góngora : ces gladiateurs des temps modernes

Wilkens Mathieu : jeunesse, talent… et sagesse

Christopher Guerrero : « comme dans un jeu vidéo »

Christopher Guerrero : Le tigre rugit enfin

Mbilli : La résilience inscrite dans l’ADN